L'Usine Auto

Avec sa nouvelle 208, Peugeot accélère l'électrification de sa gamme

Rémi Amalvy , , , ,

Publié le

Images Peugeot plonge la tête la première dans l'électrique pour conquérir le marché du segment B. Début octobre, la marque au lion avait convié les journalistes au Portugal pour essayer sa nouvelle 208 et ses motorisations thermiques et zéro émission. Reportage.

Avec sa nouvelle 208, Peugeot accélère l'électrification de sa gamme
Qu'elle soit thermique ou électrique, l'aspect de la nouvelle 208 ne change pas.
© Rémi Amalvy

En cette fraîche matinée de début octobre, rien ne vient troubler le calme des environs de Comporta, petite localité côtière du Portugal, à environ 1h30 au sud de Lisbonne. Rien ou presque. À intervalles réguliers, des véhicules jaunes, blancs, bleus ou rouges à l'aspect similaire et reconnaissable filent sur ses routes de manière étonnamment silencieuse. À bord, pas de pilotes, mais des journalistes français invités par Peugeot pour essayer la nouvelle 208 et surtout sa version électrique, la e208.

La nouvelle 208 est le tout premier modèle que Peugeot propose en version 100% électrique. "On veut progressivement être capable de proposer de l’électrique pour toutes les séries", détaille Jean-Philippe Imparato, numéro un de Peugeot. Qu’ils soient thermiques ou pas, tous les moteurs sont conçus dans l’usine PSA de Trémery.  Les cellules de batteries sont fournies par l’entreprise chinoise CATL, et assemblées à Trémery et Valenciennes. L’assemblage des véhicules se déroule à Tarnava, en Slovaquie, et à Kénitra, au Maroc, sur des plateformes CMP, qui servent à la conception des nouvelles 2008 et Corsa.

Conquérir le segment B

L’enjeu pour la marque au lion est de taille. Reléguée au rang de second en France sur le segment B derrière Renault, elle souhaite proposer un modèle de citadine à l’aspect typé sport. En proposant une motorisation électrique en plus de la thermique, l’objectif est d’aller détrôner non seulement la Clio, mais également la Zoé. "Avec environ 100 000 ventes ces dernières années, on représente 5% du marché du segment B, commente Guillaume Couzy, patron de Peugeot France. Afin de passer 1er, on espère écouler au moins 150 000 nouvelles 208".

En 2020, ce sera au tour de la prochaine 508 de se décliner en électrique, puis la 508 SW, la 2008 ou encore la 3008 en version hybride. L’objectif de la marque étant d’électrifier 50% de sa flotte d’ici la fin de 2020, et 100% d’ici à 2025.

Électrifier, c’est bien. Mais encore faut-il convaincre d’acheter ces versions souvent plus chères que leurs équivalentes thermiques. Les moutures haut de gamme des 208 diesel et essence ne dépassent pas les 30 000€, alors que les entrées de gamme électriques démarrent à 32 000€. Mais Peugeot compte bien sur le bonus écologique du gouvernement, qui peut monter jusqu’à 6000€, pour convaincre les récalcitrants. Surtout, la marque met en avant un coût à l’usage des motorisations électriques similaire à celui des thermiques, notamment pour les locations avec option d’achat (LOA) et locations longue durée (LLD).

Peugeot prend l’exemple de l’utilisation en France, pendant 49 mois et sur 40 000 km, d’une 208 Active, le modèle d’entrée de gamme. Avec un moteur à combustion, le loyer est évalué à 245€, les frais d’entretien et de carburant à 76€ (la maintenance de Peugeot est à 29€), et les frais de carte grise à 5€, soit 326€ par mois. Avec un moteur électrique, le loyer est à 295€, les frais d’entretien (pas de carburant à payer) sont à 29€, et les frais de carte grise à 2€, soit également 326€ par mois. "La LOA va devenir la règle, donc on forme nos commerciaux à expliquer l’intérêt de l’électrique aux clients", notamment en évoquant le coût à l’usage, commente Jean-Philippe Imparato.

80% en 30 minutes sur super chargeurs

Bien sûr, ces calculs ne sont que des estimations, qui ne prennent pas en compte, par exemple, le coût de la charge, qu’elle se déroule à domicile ou à l’extérieur. Avec sa capacité de 50 KWH et son autonomie de 340 km, la batterie est censée tenir une semaine, dans le cadre d’une utilisation urbaine du véhicule, soit une cinquantaine de kilomètres roulés par jour. "Pour préserver sa durée de vie, on a mis au point un système de refroidissement liquide, détaille Anne-Lise Richard, responsable du pôle électrique chez Peugeot. Cela permet aussi au véhicule de se brancher sur des chargeurs rapides de 100 kW".

Avec ces derniers, on nous promet une charge à 80% en 30 minutes. Comptez 5 heures pour atteindre les 100% avec un chargeur public standard, 7h30 avec un chargeur installé à domicile, et 16 heures sur un branchement secteur classique. À chaque entretien, un certificat de capacité de la batterie permettra au propriétaire de connaitre l’état de santé de celle-ci. Lorsqu’elles ne seront plus en état, les batteries seront envoyées au site R&D de PSA à Carrières-sous-Poissy, un centre entièrement dédié à la transition énergétique et à la réduction des émissions de CO2.

Peugeot fait également le choix de proposer un design et des options similaires, peu importe la motorisation. Hormis l’absence du pot d’échappement et la présence d’un "e" sur les écritures de la carrosserie, rien ne permet de discerner un modèle électrique. Seul l’aspect se modifie légèrement lors de la montée en gamme, devenant plus sportif. Mais cela concerne tous les moteurs. Aux niveaux des aides à la conduite, on retrouve différents systèmes, notamment la conduite semi-autonome de niveau 2, l’aide au maintien dans la voie et de la position, ou encore la détection des panneaux de limitation de vitesse. "On propose les mêmes aides que sur la 508, la Night Vision mise à part", détaille Guillaume Clerc, responsable du projet 208.

L'effet holographique de l'i-Cockpit

La grande fierté de Peugeot se situe derrière le volant des versions haut de gamme. À la place des compteurs classiques, l’i-Cockpit affiche toutes les informations nécessaires au conducteur, qu’elles soient classiques comme les vitesses, le niveau de carburant ou d’autonomie, ou plus ponctuelles, comme les alertes liées aux aides à la conduite. La grande nouveauté, c’est l’effet 3D du système, qui donne l’impression de voir certains éléments devant les autres. Il ne s'agit, en fait, pas d'un effet d'optique, mais bien de la réalité.

À l’arrière, une dalle numérique verticale affiche les informations jugées (ou paramétrées) secondaires. Dans la casquette, un écran horizontal présente les alertes ainsi que tout ce qui est déterminé comme prioritaire. Des informations reflétées sur une lame inclinée à 45°, située devant la dalle verticale. De quoi donner cet effet "hologramme" bien particulier. Le volant, plus petit, est positionné plus bas, ce qui permet de voir le tableau de bord au-dessus. "Grâce à ces modifications, on estime le gain de réactivité du conducteur lors d’une alerte à une demi seconde, ce qui n’est pas négligeable", ajoute Guillaume Clerc.

La nouvelle 208 est disponible en motorisation thermique depuis le début du mois d'octobre. La version électrique devrait débarquer en janvier prochain, en Europe et en Israël. Aucun lancement en Chine n’est prévu pour le moment.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte