Avec sa Digital Factory, Engie veut s’emparer de la révolution énergétique

L’énergéticien a donné, jeudi 23 juin, le coup d’envoi de sa Digital Factory. L’objectif est de mobiliser une centaine d’experts pour accompagner les équipes internes autour des enjeux liés au big data, aux logiciels, à l’Internet des objets, la mobilité et la cybersécurité. Engie mise sur une approche partenariale pour monter en puissance dans le numérique.

Partager
Avec sa Digital Factory, Engie veut s’emparer de la révolution énergétique

Engie veut passer à la vitesse supérieure dans le numérique. L’énergéticien a inauguré, jeudi 23 juin, sa Digital Factory. Objectif de cette nouvelle entité : s’emparer de la révolution énergétique. « Le bouillonnement technologique dans l’énergie rend possible l’émergence de systèmes radicalement différents, des systèmes très décentralisés », expose Isabelle Kocher, la directrice générale du groupe. Selon elle, ce bouillonnement technologique se concentre autour de trois mouvements : le solaire, le stockage et le digital.

4 500 logiciels métiers développés en interne

Engie entend donc mettre l’accent sur la troisième brique technologique de cette révolution. « Aujourd’hui on passe à l’étape 2 » déclare la directrice générale, en soulignant que l’immersion d’Engie dans le numérique n’est pas nouvelle. Chiffres à l’appui : « 4500 logiciels métiers ont été développés par nos équipes » assure-t-elle. L’étape suivante, avec la Digital Factory, consiste donc à créer un environnement propice au développement de ces logiciels, pour qu’ils puissent être combinés afin de créer un effet de levier au niveau du groupe.

« Cette fabrique sera articulée autour de cinq grandes familles de compétence », précise Yves Le Gélard, chief digital officer et directeur des systèmes d’information d’Engie, qui dirigera cette nouvelle entité. D’abord, le big data et l’analytics pour développer des services de maintenance prédictive, ensuite la mobilité pour améliorer la façon dont Engie interagit avec ses clients. Au menu également, l’Internet des objets « pour apprendre à connecter tous les objets industriels et de la vie quotidienne », mais aussi l’univers du logiciel libre et enfin celui de la cybersécurité.

Une stratégie d’innovation partenariale

« Nous avons décidé d’investir massivement dans le digital et la technologie. Nous souhaitons être à la pointe de ce qui se prépare, mais on ne se prépare pas tout seul. Notre dynamique d’innovation est partenariale et repose sur des plateformes ouvertes » prévient Isabelle Kocher. Dans cette optique, Engie a officialisé deux partenariats avec les entreprises américaines C3 IoT et Kone.

La première est spécialisée dans le traitement des données issues des objets connectés industriels et du quotidien. Elle utilise notamment des algorithmes de machine learning pour la maintenance prédictive et l’amélioration de l’engagement client. Engie s’appuiera sur sa plate-forme IoT, conçue pour gérer ces données et supporter de fortes volumétries. La seconde développe des solutions cloud pour la mobilité en entreprise. Grâce à ce partenariat, Engie entend améliorer l’expérience utilisateur proposée aussi bien à ses collaborateurs qu’à ses clients.

La signature de ces deux partenariats fait suite à celui signé en mai dernier avec Fjord, le studio de design thinking d’Accenture. « Nous choisirons d’autres partenaires au fur et à mesure, l’un sera annoncé dans quelques semaines dans le domaine de la cybersécurité » précise le CDO.

100 experts mobilisés

Dans la pratique, la Digital Factory répondra aux besoins des 24 business units du groupe. Les équipes métiers porteuses d’un projet pourront faire appel à l’expertise d’Engie Digital pour l’améliorer et le faire murir. « On fonctionnera avec des petits cycles de 5, 15 ou 30 jours pour tester les idées. On procédera par intelligence itérative » indique le CDO. Côté calendrier, les activités de la Digital Factory commenceront début juillet avec une cinquantaine de spécialistes internes et externes. Ces effectifs devraient grimper à une centaine d’ici la fin de l’année. La nouvelle entité prendra également forme physiquement. « Plusieurs lieux sont en cours de sélection. Il y en aura sans doute deux en Europe et un aux Etats-Unis » conclut Yves Le Gélard.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Auditeur QSE (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 23/06/2022 - CDI - Aix en Provence

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

78 - Versailles

Prestations de gardiennage télésurveillance, sûreté, sécurité incendie et filtrage des juridictions judiciaires du ressort

DATE DE REPONSE 10/07/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS