Avec les plates-formes de crowdfunding, les prêts des particuliers aux PME explosent

Avec plus de 336 millions d’euros collectés en 2017, le financement participatif se positionne peu à peu comme une alternative au financement traditionnel des entreprises. En 2017, cette option a été plébiscitée par des entreprises de toutes tailles et de tous secteurs d’activité. 

Partager

Avec les plates-formes de crowdfunding, les prêts des particuliers aux PME explosent
Emmanuel Macron a dévoilé mardi une série de mesures destinées à favoriser l'essor du financement participatif, parmi lesquelles le relèvement de 1 à 2,5 millions d'euros du plafond des sommes pouvant être collectées par les plates-formes spécialisées dans le "crowdfunding". /Photo d'archives/REUTERS/Andrea Comas

"Petit à petit, le financement participatif sort de l’ombre. De la finance alternative, il est en passe de devenir un acteur à part entière du financement traditionnel", s'enthousiasme Stéphanie Savel, présidente de Financement Participatif France.

Alors qu’elle présente les chiffres du baromètre 2017 de la finance participative, elle souligne le dynamisme du secteur qui, cette année encore, affiche une croissance détonante à + 44%. En 2017, plus de 336 millions d’euros ont été collectés via le crowdfunding. Les trois-quarts de ces fonds ont servi au financement de l’économie réelle.

Pour la professionnelle, ces chiffres démontrent la maturité du secteur. "Nous avons passé le cap de l’effet de mode pour nous inscrire définitivement dans le paysage des solutions de financement", se félicite t-elle. Les particuliers qui financent des entreprises et de projets en capital ou en prêt sont rémunérés en intérêts, en dividendes ou en dons.

Le prêt participatif plébiscité par les PME

Le prêt "peer to peer", qui met en contact les épargnants à la recherche de nouvelles opportunités d’investissements et les entreprises en quête de financement est, avec plus de 195 millions d’euros collectés en 2017, le segment le plus dynamique. Les TPE et les PME représentent 65% des entreprises ayant recours à ce mode de financement. "On observe plus que jamais une diversification du type d’entreprises ayant recours crowdlending", commente Olivier Goy, président de Lendix, plates-forme de mise en relation des épargnants et des entreprises, leader du marché. "En 2017, nous avons aussi bien financé des projets provenant d’une TPE d’un employé que soutenu des investissements de plusieurs millions d’euros pour des entreprises de plus de 2.000 salariés", souligne le gérant dont la structure a prêté plus de 70 millions d’euros en 2017.

Cette généralisation du crowdlending se lit également dans les secteurs d’activité dont les porteurs de projet proviennent. Agriculture, Industrie, énergies renouvelables...Alors que le crowdlending est souvent apparu comme un mode de financement dédié aux entreprises du digital, il s'ouvre désormais à tous les domaines. "Même les entreprises du secteur agricole s’y mettent", souligne Stephanie Savel qui y voit un signe de la consolidation du secteur. L'industrie représente 8% des fonds collectés

Un secteur bancaire trop rigide

Rapidité de mobilisation des fonds, facilité des démarches, volonté de restaurer un lien direct avec les investisseurs…Les raisons du succès du crowdlending sont nombreuses. Mais le plébiscite du prêt participatif s’explique avant tout par la rigidité du secteur bancaire. Malgré les taux très bas proposés par les banques, l’accès au crédit reste très contraignant pour les entreprises, notamment en ce qui concerne le financement d'investissement immatériel.

Pour Olivier Goy, le cas de l’équipementier Saint Jean Industries qui, à deux reprises, a fait appel au crowdlending pour financer l’achat de machines installées en Suède et aux USA, illustre bien l'attrait du crowdlending. "Les banques refusaient de financer cet investissement car il ne pouvait pas prendre le bien en garantie. La flexibilité du prêt participatif permet d'intervenir dans cette zone grise où le système bancaire ne s’aventure pas car il le juge trop risqué".

Un argument dans les discussions avec le gouvernement

Quant au coût de ce financement, souvent présenté comme un frein au prêt participatif "il est finalement un équilibre entre le coût du financement avec garantie (autour de1,5%) et le coût du découvert autorisé (autour de 9%)", conclut Stéphanie Savel pour qui les bons chiffres du crowdlending sont un argument de taille dans la discussion engagée avec le gouvernement pour obtenir une meilleure considération de ce nouveau type de financement.

Adeline Haverland Cheffe de rubrique Agroalimentaire, agro-industrie et luxe

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Formation

Manager de l'environnement de travail

Paris - 16 mars 2021

Services Généraux

Maîtriser les aspects de sécurité au travail de votre fonction

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

Live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 février pour concourir aux trophées des usines 2021

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE
ARTICLES LES PLUS LUS