Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Avec les locomotives de GE, Alstom Transport doublerait Siemens

, , , ,

Publié le , mis à jour le 07/05/2014 À 13H05

Quels sont les actifs que General Electric apporterait à Alstom Transport si l’américain suivait la proposition d’Arnaud Montebourg ? Avant tout la fabrication de puissantes locomotives diesel pour le fret. Une activité en progression et rentable… que GE serait peu susceptible d’abandonner.

Avec les locomotives de GE, Alstom Transport doublerait Siemens © D.R.

Sommaire du dossier

Le ministre de l’Economie Arnaud Montebourg semble conscient qu’il a peu de chance d’imposer un rachat de la branche énergie d’Alstom par Siemens. Il se retourne vers General Electric (GE) et tente de faire monter les enchères, en proposant que l’américain cède sa branche transport à Alstom, à l’image de ce que Siemens proposait.

Le transport, chez GE, c’est une division qui pèse 5,9 milliards de dollars (4,3 milliards d’euros) de ventes. La première activité est le ferroviaire, avec un chiffre d’affaires de 3,9 milliards de dollars (2,8 milliards d’euros). S’y ajoutent des moteurs pour les plates-formes pétrolières, pour les mines ainsi que de gros moteurs diesels. Cette division a vu ses ventes progresser de 4,9% en 2013 par rapport à 2012, notamment grâce à la vente de locomotives aux Etats-Unis. Elle a réalisé 1,2 milliard de dollars (0,8 milliard d’euros) de bénéfice.

Dans l’hypothèse d’une fusion avec la branche transport d’Alstom, la nouvelle entité pèserait 8,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires et passerait largement devant Siemens Transport & Logistique, qui a réalisé 6,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2013.

Complémentarité

La spécialité de GE dans le ferroviaire, c’est le fret, avec des machines diesel ou hybride diesel - gaz naturel, très puissantes pour tirer de longs trains de fret. Un segment de marché qui se porte bien au niveau mondial et dans lequel Alstom est peu présent. "Alstom ne sait pas faire de telles locomotives, c’est une faiblesse du français", estime un expert de l’industrie ferroviaire. Cette complémentarité se retrouve à Astana, au Kazakhstan, où Alstom et GE ont installé des usines de locomotives quasi mitoyennes. Celle de GE produit des machines diesel, celle d’Alstom des locomotives électriques. GE a aussi une activité de signalisation adaptée au fret. La complémentarité serait enfin géographique, le marché de prédilection de GE étant naturellement l’Amérique du Nord.

Très différentes, les offres du français et de l’américain se complètent. En revanche, les possibles synergies industrielles ne sautent pas aux yeux. La perche tendue par Arnaud Montebourg a du sens, mais elle pourrait se heurter à un double refus. Pourquoi GE se séparerait-il d’un de ses fleurons industriels, en progression et rentable ? Pourquoi  les actionnaires d’Alstom voudraient-ils d’une vente avec un paiement en numéraire largement revu à la baisse ?

Patrice Desmedt et Manuel Moragues

Alstom Transport peut-il rester seul ?

Au-delà du passage des activités énergie d’Alstom sous pavillon étranger, le gouvernement s’inquiète du devenir d’Alstom Transport. Cette activité pourrait-elle perdurer sans être adossé à un groupe ? "On peut être un pure player du ferroviaire et gagner de l’argent en étant positionné sur un ou deux segments de marché, mais si l’on ambitionne d’être un grand acteur généraliste au niveau mondial, c’est plus compliqué", estime un expert français du secteur. Les trois grands occidentaux actuels que sont Bombardier Transport, Siemens et Alstom sont aujourd’hui intégrés dans des groupes plus larges. Tout comme le japonais Hitachi ou le coréen Rotem, tandis que les grands chinois CSR et CNR peuvent être considérés comme adossés au gouvernement chinois. Plutôt que de renforcer Alstom Transport avec des actifs de GE ou Siemens, lui octroyer une large part du produit de la vente de la branche énergie d’Alstom pourrait lui donner les moyens financiers de poursuivre sa stratégie d’intégrateur présent mondialement. En particulier en se développant dans les pays émergents à coups d’acquisitions.

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle