Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Avec les déboires de l'A400M, Airbus craint des turbulences financières

, ,

Publié le

Les nouveaux problèmes de moteur de l'avion de transport militaire A400M pourraient avoir un impact financier significatif sur les comptes d'Airbus, a prévenu l'avionneur européen qui présentait ses résultats trimestriels ce jeudi 28 avril.

Avec les déboires de l'A400M, Airbus craint des turbulences financières © Airbus - A. Doumenjou

Airbus Group redoute que les nouveaux problèmes de moteur de son avion de transport militaire A400M entraînent un impact financier "significatif" sur ses comptes, tout en confirmant prévoir une stagnation de ses résultats cette année.

Le groupe européen d'aérospatiale et de défense, qui fait état jeudi d'une chute de son bénéfice opérationnel un peu moins marquée que prévu, réduira en outre en 2017 ses livraisons d'A380 qui peine à trouver des clients.

La maison-mère d'Airbus a également signalé des goulots d'étranglement dans sa chaîne de fournisseur pour l'A350, tout en confirmant son objectif de 50 livraisons en 2016 pour son nouveau long-courrier.

Airbus Group a confirmé prévoir pour cette année une stabilité de son bénéfice d'exploitation (Ebit), de son bénéfice par action avant éléments non récurrents et de son flux de trésorerie disponible.

Au premier trimestre, son Ebit avant exceptionnels recule de 23% à 501 millions d'euros, au-dessus des attentes, tandis que son chiffre d'affaires augmente de 1% à 12,183 milliards.

"C'est un solide début d'année", estime Bernstein dans une note, soulignant toutefois que flux de trésorerie disponible était plus mauvais que prévu, avec un solde négatif de 2,986 milliards d'euros contre -2,431 milliards anticipés.

L'A400M, qui reste le point noir d'Airbus Group, fait l'objet de discussions avec les pays clients sur la résolution des problèmes de moteurs des avions en service et sur un nouveau calendrier de livraisons des nouveaux appareils.

"Le coût issu de l'évaluation devra être adapté en conséquence, mais à ce stade nous n'avons pas de vision suffisamment mure des conséquences techniques, commerciales et industrielles, et de leur potentiel impact sur les publications financières, qui pourraient être significatifs", précise le groupe.

Le directeur financier Harald Wilhelm a dit lors d'une conférence téléphonique ne pas être en mesure de fournir de nouvel objectif de livraison pour cette année à ce stade. Airbus Group tablait jusqu'à présent sur 20 unités.

Pour l'A380, Airbus s'attend désormais à 27 livraisons pour 2016, comme en 2015, et 20-25 en 2017, assurant qu'il maintiendra à ces niveaux l'équilibre financier du programme atteint l'an dernier après 15 ans d'investissements massifs.

Harald Wilhelm a également expliqué qu'Airbus Group continuerait à mettre la priorité sur les cessions d'actifs plutôt que sur les acquisitions, confirmant son intention de terminer le désengagement du capital de Dassault Aviation.

Il a dit aussi espérer finaliser "dans un futur proche" la constitution d'Airbus Safran Launchers, la coentreprise d'Airbus Group avec Safran dans les lanceurs spatiaux.

Avec Reuters 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle