Avec le rapprochement entre Technip et FMC, un nouveau fleuron va-t-il quitter la France ?

Après Alstom Energy, Alcatel et Lafarge, un nouveau fleuron se jette dans les bras d’un industriel étranger et expatrie son siège social. Malgré sa fusion avec FMC Technologies, Technip doit conserver d'importantes activités en France sans parler de la présidence de la nouvelle entreprise Technip FMC.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Avec le rapprochement entre Technip et FMC, un nouveau fleuron va-t-il quitter la France ?

Jeudi 19 mai, le français Technip et l’américain FMC technologies ont annoncé leur fusion dans une nouvelle entreprise Technip FMC. Une opération qui sera effective au premier trimestre 2017. Un événement qui n’est pas complétement inattendu. La déprime des marchés pétroliers est favorable depuis plus d’un an aux fusions-acquisitions et les deux groupes ont déjà fondé ensemble, il y a un an une JV, Forsys Subsea, dont ils ne cessent de vanter le succès.

A LIRE AUSSI

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Ce rapprochement a un vrai sens industriel. Les deux groupes ne travaillent pas tout à fait sur les mêmes secteurs d’activités et se complètent bien pour proposer des offres globales dont les grands pétroliers sont demandeurs. Ce rapprochement offrira des synergies de coûts de 400 millions d’euros par an à partir de 2019 et de revenus qui sont encore à évaluer précisément.

Un conseil d’administration 50/50

Malgré cette logique économique, on peut légitiment se demander si, après avoir perdu Alstom Energy tombé aux mains de GE, Alcatel parti chez Nokia et Lafarge repris par Holcim, la France ne vient pas de perdre un nouveau fleuron ? Bien sûr dans le cas de Technip, il ne s’agit pas d’un rachat mais d’une fusion. Réuni à Paris ce jour, les patrons des deux groupes jurent la main sur le cœur que leur premier souci a été de réunir les deux groupes sur une base égalitaire.

Le premier point met la puce à l’oreille. La capitalisation bousière de FMC Technologie et de Technip est quasiment identique. Les actionnaires de Technip et ceux de FMC Technologies détiendront autant de parts dans la nouvelle société qui sera côtée à Paris et New-York. Au niveau industriel, Technip pèse bien plus lourd. Le carnet de commandes de Technip affiche 16 milliards de dollars, quand celui de FMC se limite à 4 milliards. Le chiffre d’affaires de Technip s’élève à 13,5 milliards de dollars, celui de FMC à 6,4 milliards. L’écart de l’Ebtida est plus faible, 1,4 milliard pour le premier contre 1 milliard pour le second. Les marges de l'Américain sont donc plus élevées.

My boss is french

Par contre, les deux groupes possèderont autant de membres au Conseil d’administration : 7 de Technip et 7 de FMC Technologies. Les deux patrons seront présents. Thierry Pilenko, PDG de Technip, occupera le poste de Président exécutif et Douglas Pferdehirt, CEO de FMC, sera directeur général. Sur le papier, le boss est donc le Français mais Thierry Pilenko assure que "les rôles sont clairement répartis entre nous deux". Chacun favorisera les relations avec les clients privilégiés et sur les technologies qu’il maîtrise. Notons aussi qu’en 2017, Thierry Pilenko aura 60 ans, Douglas Pferdehirt seulement 53. Lorsque le premier partira à la retraite dans quelques années, le groupe devrait revenir naturellement à l’Américain.

L’autre question est celle de l’implantation de l’entreprise. Technip FMC va compter trois sièges opérationnels. L’un à Paris, l’autre à Houston (Etats-Unis) et le dernier à Londres (Royaume-Uni). Le siège social sera domicilié dans la capitale britannique. Trois des cinq activités de la nouvelle entreprises seront regroupées à Paris : les produits, les projets subsea et les projets onshore/offshore. Les activités, surface et services subsea seront situées à Houston. La France tire essentiellement son épingle du jeu sur la R&D. Les activités des deux groupes seront réunies à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) dans l’actuel centre d’expertise technologique du Français.

Technip FMC, un groupe anglais

Alors Technip toujours français ? Officiellement non. Le siège social expatrié à Londres tranche la question du point de vue juridique. La présidence du groupe revient au Français et Paris garde trois des cinq activités de la nouvelle entreprise, ainsi que toute la R&D du groupe. Par ailleurs, la France conservera les usines de Technip, en particulier l’usine de pipelines flexibles au Trait (Seine-Maritime). "Les usines sont là où elles sont, on ne va pas les bouger", s’amuse Thierry Pilenko.

Finalement, si la France perd la marque Technip, elle est loin d’être désertée par le parapétrolier. Il reste cependant une incertitude sur les fonctions support qui vont doublonner entre les deux entreprises. Que vont devenir et où vont aller, le très important service financier - la logique serait Londres -, les ressources humains, les achats, etc. Technip FMC a un an pour préciser cette organisation et les éventuelles coupes dans ses effectifs.

Ludovic Dupin

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS