Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

"Avec le rappel des Captur, Renault essaie d'éteindre le feu", selon Pierre Chasserey

Astrid Gouzik , ,

Publié le

Entretien Depuis la réunion de la commission Royal, jeudi 14 janvier, le doute plane sur les émissions polluantes de plusieurs véhicules diesel de Renault. La ministre de l'Ecologie a annoncé un "dépassement des normes" de CO2 et d'oxyde d'azote chez le constructeur automobile. Au même moment, le groupe français confirmait des perquisitions de la DGCCRF dans ses locaux. Depuis, Renault tente de rassurer les investisseurs. L'Usine Nouvelle fait le point avec Pierre Chasserey, membre de la commission Royal et délégué général de l'association 40 millions d'automobilistes.

 

L'Usine Nouvelle - Vous êtes membre de la commission Royal, chargée de réaliser des tests sur des véhicules représentatifs du parc automobile français. La commission a mis en avant des "dépassements" de seuil de pollution sur plusieurs véhicules Renault. Que se passe-t-il exactement chez le constructeur ?

Pierre Chasserey - Cette commission a été mise en place suite à l'affaire Volkswagen. Sa seule mission était de déterminer s'il y avait oui ou non des logiciels de fraude installés sur des véhicules roulant en France. Point. En procédant aux tests, on s'est rendu compte que certains véhicules dépassaient les normes pour le CO2 et l'oxyde d'azote (les tests sont réalisés en condition réelle de conduite alors que les normes d'homologation s'appuient sur des mesures faites en laboratoire, NDLR). Et sous la pression du lobby écologiste, on ne parle plus que de ça ! L'ampleur que prend l'histoire de Renault dépasse la ministre.

Qu'ont dit les dirigeants de Renault lorsqu'ils ont rencontré les membres de la commission ?

Thierry Bolloré, le directeur délégué du groupe, nous a expliqué qu'ils utilisent un système de dépollution qui leur permet de passer les tests d'homologation. Et c'est le cas. Il faut tout de même préciser que lorsque le Captur et l'Espace ont été testés par l'Utac, il faisait entre 3 et 7 dégrés (il faut environ 25 degrés lors des tests en laboratoire, NDLR). L'écart entre les mesures effectuées est donc d'autant plus important.

Renault nous a aussi assuré qu'ils n'avaient pas la volonté de tricher. Aucun logiciel de fraude n'a d'ailleurs été détecté.

Quelques jours après les résultats des premiers tests, le constructeur a confirmé le rappel de 15 800 Captur. Est-ce lié ?

Renault essaie simplement d'éteindre le feu. Il siffle la fin de la récréation. Son système de dépollution fonctionne, suffisamment en tout cas pour que ses véhicules respectent les normes d'homologation.

La vérité, c'est que la qualité de l'air s'est améliorée d'année en année depuis 1990. Ce n'est pas moi qui le dit mais un rapport du ministère de l'Ecologie. On est dans une dynamique de progrès, personne n'ira inventer un moteur qui pollue plus pour le plaisir !

La marque au losange va proposer aux automobilistes d'améliorer le système de dépollution de leur véhicule, le dispositif EGR (Exhaust Gaz Recirculation). Une mesure efficace ? 

Mais personne ne rapportera un véhicule qui fonctionne correctement, juste pour qu'il pollue moins ! Les automobilistes sont déjà en retard pour les contrôles techniques, ils ne perdront pas de temps avec ça. D'ailleurs, ils s'en tamponnent des émissions de NOx. Ce n'est pas ce qu'ils regardent quand ils choisissent leur voiture. Tout ça, c'est du langage politiquement correct.

Propos recueillis par Astrid Gouzik

 

 

 

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

22/01/2016 - 08h13 -

Attention dans les médias anglo-saxons ils parlent de potentiellement 700 000 Renault de concernées par ce problème d'émission hors normes de NOX !
Répondre au commentaire
Nom profil

21/01/2016 - 18h35 -

" D'ailleurs, ils s'en tamponnent des émissions de NOx "
La voiture, c'est la liberté
d'empoisonner son voisin...
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle