Avec le lancement de CodeOnLine, GS1 s'invite dans l'internet des objets

Partager

On y arrive ! Après le Japon, la Corée du Sud et, depuis peu les Etats-Unis, le « commerce mobile » débarque en France. De quoi parle-t-on ? De l'ensemble des services liés à l'emploi d'un téléphone mobile capable, grâce à l'appareil photo qu'il incorpore, de scanner le code à barres sur l'emballage ou l'étiquette d'un produit. C'est l'internet des objets appliqué aux produits de grande consommation. Grâce à CodeOnLine, la plateforme d'expérimentation lancée par GS1, un consommateur pourra, après avoir téléchargé un logiciel sur son téléphone, être aiguillé sur le site de l'entreprise qui a commercialisé le produit. Et, de là, accéder à toute une série de services allant de l'information sur ce même produit tel que la composition, la méthode de production ou encore les labels aux conseils d'utilisation comme, par exemple, les recettes ou les menus associés en passant par la vente en ligne. Parce qu'ils sont déjà présents sur tous les biens de consommation, GS1 a prévu un système permettant la lecture des codes barres EAN 13. Mais le système est aussi en mesure de lire les codes bidimensionnels Datamatrix (lire 895) déjà utilisés dans l'industrie pharmaceutique. « Nous sommes dans un contexte où les codes bidimensionnels remplaceront progressivement les codes unidimensionnels mais ce n'est pas pour tout de suite », explique Cédric Houlette, responsable de projet à GS1. En tout cas, on s'y prépare. Les codes Datamatrix présentent deux atouts essentiels par rapport aux codes à barres traditionnels : ils facilitent la lecture effectuée au moyen d'un téléphone portable et, surtout, ils contiennent un nombre d'informations bien plus important. À tel point qu'ils permettent d'identifier un produit unitaire, par exemple un pot de yaourt à l'intérieur d'un pack qui en contient six, ce que le code EAN 13 aurait bien du mal à faire. Au regard de cette caractéristique, les applications potentielles sont infinies : indication d'un numéro de lot, d'une date de péremption, utilisation du code unique du produit dans le cadre d'une promotion. Et bien plus intéressantes pour les marques qui pourront enfin faire du marketing personnalisé en remontant du produit à son acheteur. Les grandes manoeuvres ont déjà commencé. Affaire à suivre...

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

94 - Champigny-sur-Marne

Acquisition de matériels de nettoyage

DATE DE REPONSE 16/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS