Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Maroc

Avec l'ouverture à Kénitra de son troisième site de câblage, Delphi va employer près de 10 000 salariés au Maroc

, , , ,

Publié le

Après avoir créé deux usines à Tanger, Delphi récidive cette fois à Kénitra par l'inauguration de 26 novembre d'une nouvelle usine de faisceaux de câbles pour l’automobile. Après la montée en puissance de ce nouveau site de Kenitra, le groupe va employer 9600 emplois dans le pays.

Avec l'ouverture à Kénitra de son troisième site de câblage, Delphi va employer près de 10 000 salariés au Maroc
L'un des sites de Delphi à Tanger au Maroc
© delphi

Et 1, et 2, et 3 ! La filiale marocaine de l'équipementier automobile Delphi inaugure son troisième site de production de câblage pour l'automobile à Kénitra dans le parc industriel Atlantic Free Zone avec un investissement annoncé de 300 millions de dirhams (27,27 millions d'euros) sur une surface de près de 6 ha.

1 700 employés dont 45 ingénieurs

Ainsi, après Tanger en 1999 et en 2008, ce groupe américain mais basé fiscalement au Royaume-Uni a inauguré ce 26 novembre sa troisième usine Delphi Packard au Maroc. La livraison des bâtiments avait eu lieu il y a quelques mois en février. La mise en marche des installations industrielles a suivi dans la foulée avec le recrutement de centaines de salariés. A terme ce site doit employer 1 700 salariés, dont 45 ingénieurs selon le management du groupe, portant le total pour le groupe au Maroc à 9 600.

La surface construite dépasse les  25 500 m² sur une parcelle totale de plus de 55 000 m². "Ce nouvel investissement à Kénitra renforce la présence de notre groupe au niveau mondial dans le domaine de l’architecture électrique et électronique pour répondre à la demande croissante des constructeurs automobiles européens", a déclaré Michael Beckett, DG de Delphi Systèmes de distribution pour l’Europe, le Moyen Orient et l’Afrique selon le quotidien L'Economiste.

LA MAROC EN POINTE DANS LE CABLAGE

"Avec ses trois sites de production qui emploient près de 10 000 personnes, le groupe Delphi, a noté de son côté Mamoun Bouhdoud, ministre délégué chargé des Petites entreprises est en passe de devenir un acteur clé dans le déploiement de l’écosystème câblage automobile au Maroc",

Un concept "d'écosystème" cher à Moulay Hafid Elalamy, ministre de l'industrie à travers son "Plan d’accélération industrielle" présenté en avril et qui veut créer au Maroc 500 000 emplois dans l’industrie à horizon 2020, dont plus de 95 000 dans le seul secteur automobile. Grâce notamment à cettte logique de cluster, qui est en phase de lancement dans le câblage automobile.

Outre Delphi, le Maroc accueille de nombreux industriels du câblage, industrie très sensible aux coûts de main d'oeuvre et qui a déserté l'Europe de l'ouest, Y sont présent les allemands Schlemmer et Leoni, les japonais Yazaki, Fujikura et Sumitomo, l'américain Lear, l'autrichien Hirschmann ou encore des PME comme la société française Lia-tech. Tous servent avant tout les marchés européens automobiles et dans une moindre mesure aéronautiques.

Sur les 10 premiers mois de l'année, les exportations marocaines de ce seul secteur du câblage et faisceaux ont totalisé 13,9 milliards de dirhams (1,25 milliard d'euros), un chiffre en hausse de 5,4%.

A Kenitra, à 50 km au nord de Rabat, sont déjà implantés dans ce métier les japonais Fujikura, Sumitomo ou Yazaki qui y dispose d'une usine géante de 3500 salariés. Outre les avantages de la zone franche, Delphi a choisi cette ville côtière pour éviter les tensions sur les salaires et les embauches de Tanger.

Ouverte en 2012, AFZ, la zone franche de Kenitra qui permet de bénéficier d'exemptions fiscales à l'export accueille aussi des usines Saint-Gobain, Lear ou Coficab.

Le projet de Delphi fait aussi partie des 13 conventions d’investissements officialisées le 29 octobre à Tanger par le ministre de l'Industrie lors de la convention d’affaires Automotive Meetings Tangier, organisée par la fédération marocaine de l’industrie automobile (AMICA).

Au total, ces projets tous subventionnés à hauteur de 10 à 15% dans le cadre du fonds Hassan II devraient générer un engagement financier supérieur à 1,4 milliard de dirhams (125 millions d’euros) et entraîner la création de près de 5 500 emplois.
 

Nasser Djama

 

Situation d'Atlantic Free Zone à Kenitra

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle