Avec l'acquisition de Saft, Total accélère son virage vers le stockage de l'électricité

Total a annoncé qu'il allait acheter le fabricant de batteries Saft. Le groupe pétrolier illustre ainsi une nouvelle fois sa volonté de se développer dans la chaîne de l'électricité, de la production jusqu'au stockage, pour préparer le moyen et long terme, quand le pétrole n'aura peut-être plus la place prépondérante qu'il a aujourd'hui.
 

Total et le fabricant de batteries Saft ont annoncé le lundi 9 mai un accord sur l’achat du second par le premier pour 950 millions d’euros. En parallèle, le pétrolier a mis en vente le chimiste allemand Atotech, a révélé le journal Le Figaro. Ces deux annonces s’inscrivent dans la stratégie annoncée de Total. En quelques années, Total s’est retiré des engrais, des matériaux composites et des adhésifs, à l’instar de sa filiale Bostik, qu’il a vendue en février 2015 à Arkema. Avec la vente d’Atotech, le groupe continue à se recentrer sur son cœur de métier. Mais il montre surtout avec l’achat de Saft qu’il veut désormais devenir un acteur incontournable de la production et du stockage de l’électricité, confirmant ce qu’il avait annoncé le 19 avril : la création d’une nouvelle branche Gas Renewables & Power, chargée de porter son ambition sur la chaîne de l’électricité.

Saft, leader mondial du stockage pour l'industrie

L’entreprise française Saft est en effet leader mondial de la conception et de la fabrication de batteries de haute technologie pour l’industrie. Il est le premier fabricant mondial de batteries à base de nickel et de lithium primaire pour les infrastructures et processus industriels, le transport et l’électronique civile et militaire ainsi que pour les batteries lithium-ion pour l’espace et la défense. Saft ne réalise toutefois qu’une très faible part de son chiffre d’affaires – environ 5 % – dans les batteries de stockage pour les énergies renouvelables.

Mais ce marché lui est facilement accessible. Le 26 avril 2016, la fabricant de batteries avait ainsi annoncé la fourniture au groupe de production d’énergie finlandais Fortum d’un système batteries Li-ion à l’échelle du mégawatt. Un système de stockage conteneurisé Saft Intensium Max d’une puissance nominale de 2 mégawatts (MW) et d’une capacité de stockage d’énergie d’1 mégawatt-heure (MWh) sera installé dans la centrale électrique exploitée par Fortum à Suomenoja, près d’Helsinki, dans le cadre du plus vaste projet-pilote lancé à ce jour dans le domaine du stockage d’électricité par un pays d’Europe du Nord.

Total, un nouvel acteur pour le stockage de l'électricité d'origine renouvelable

Si Saft appartient désormais à Total, cela fait de la Major un concurrent direct d’EDF EN sur le créneau du stockage des énergies renouvelables. On ne peut en effet que faire le parallèle du projet de Saft à Helsinki avec l’annonce en février par EDF EN de la mise en service d’une batterie au lithium-ion de 20 MW (capacité de stockage de 8,5 MWh) dans l'Illinois (Etats-Unis) pour réguler la fréquence du réseau électrique. Même si EDF EN ne construit pas lui-même les batteries, fabriquées par la société BYD America. Outre EDF EN, c'est bien sûr aussi avec Tesla, Nissan, BMW, Schneider Electric, et bien d'autres, que Total entre en concurrence sur le stockage de l'électricité verte.

« L’adossement de Saft Groupe à Total permettra à Saft de devenir le fer de lance du Groupe dans le secteur du stockage d’électricité » a commenté dans un communiqué Patrick Pouyanné, président-directeur général de Total. « L’acquisition de Saft s’inscrit pleinement dans l’ambition de Total de se développer dans les métiers des énergies renouvelables et de l’électricité initiée avec l’acquisition de SunPower en 2011. Saft est un fleuron industriel reconnu mondialement pour son savoir-faire technologique et s’attache à développer des solutions innovantes et compétitives pour ses clients. Elle nous permettra d’intégrer dans notre portefeuille d’activités des solutions de stockage d'électricité, compléments indispensables à l’essor des énergies renouvelables. Cette opération permettra également à Saft, ses dirigeants et ses employés de bénéficier du soutien du Groupe Total sur le plan scientifique, industriel, commercial et financier. Enfin, elle donnera à Saft les moyens nécessaires pour accélérer avec succès son développement ».

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 29/08/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

976 - DEMBENI

Réalisation des travaux de densification (réhabilitation et extension ) et création d'un réfectoire du groupe scolaire en T22.

DATE DE REPONSE 01/01/1970

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS