Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Avec Joon, Air France tente (à son tour) de surfer sur le succès du low cost

Léna Corot , , , ,

Publié le

Joon, la nouvelle filiale d'Air France, présente jeudi 30 novembre l'Airbus A320 qui s'envolera en direction de Barcelone, Lisbonne, Berlin et Porto. Avec un train de retard, Air France tente de surfer sur le succès des compagnies aériennes à bas coût implantées depuis une trentaine d'années en Europe. Joon va aussi très rapidement proposer des destinations plus lointaines comme le Brésil et les Seychelles.

Avec Joon, Air France tente (à son tour) de surfer sur le succès du low cost
La nouvelle livrée de Joon
© Christophe Paumier @ChPaumier CC Twitter

Joon, présente mercredi 30 novembre l'Airbus A320 qui s'envolera en direction de Barcelone, Lisbonne, Berlin et Porto. Nouvelle filiale à bas coût d'Air France, elle va tenter de surfer sur le succès des nombreuses compagnies low cost.

Les compagnies aériennes low cost dépassent le milliard de passagers en transportant environ 28 % du trafic total de passagers réguliers en 2016, selon l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI). Apparues dans les années 70 aux Etats-Unis avec Southwest Airlines, les compagnies aériennes à bas coût sont arrivées en Europe dans les années 90. Dans cette région du monde, elles occupent désormais "entre 40 à 50% de part de marché", affirme Emmanuel Combe, économiste et expert du transport aérien low cost. Avec une flotte d'environ 300 avions chacune, deux compagnies aériennes, Ryanair et EasyJet, s'offrent la plus part belle de ce marché.

Les low cost ont une flotte assez jeune

"De vieux avions". "Des compagnies pas sûres". Face aux premières critiques une toute autre réalité s'est imposée. "Les compagnies aériennes low cost sont les premiers clients d'Airbus et Boeing", affirme Emmanuel Combe. A la recherche des avions les plus efficients afin de réduire leurs coûts, ces compagnies "renouvellent régulièrement leur flotte d'avions", ajoute-t-il. Par comparaison, les flottes de Ryanair et EasyJet ont 6,7 et 7,2 ans, contre 12,7 et 13,3 ans pour Air France et British Airways, selon airfleets.

Afin de bénéficier des meilleurs prix, elles n'hésitent pas à acheter de nombreux avions en une seule fois ou à attendre que le marché se porte moins bien. Par exemple, mi-novembre, Indigo Partners a passé commande pour 430 appareils moyen-courriers de la famille des A320. Une commande historique pour Airbus, passée par une société d'investissement américaine qui entend louer ces avions à… des compagnies aériennes à bas coût. Le développement des compagnies low cost est donc une "une opportunité énorme pour les constructeurs", confirme Emmanuel Combe.

Le long-courrier, prochain marché des compagnies à bas coût

Si les compagnies aériennes à bas coût ont, jusqu'à présent, toujours échoué à se développer sur les long-courriers, les lignes semblent bouger aujourd'hui. Pourquoi ? "L'arrivée de monocouloirs très efficients en carburant et pouvant traverser l'Atlantique favorise ce développement", explique Emmanuel Combe. Sont notamment présents sur ce marché le nouveau 737 Max 10 et l'Airbus A321neo, mais aussi les autres monocouloirs de le la famille 737 Max et A320neo. Contrairement aux très gros-porteurs, comme les Boeing 777 et Airbus A380, ces monocouloirs ont une capacité plus petite et les compagnies aériennes low cost peuvent les remplir.

Les initiatives fleurissent en ce moment et des annonces sont faites régulièrement. Level, la filiale d'IAG (la holding née de la fusion de British Airways et Iberia) déjà présente à Barcelone, se lance à Orly. La compagnie aérienne propose des vols transatlantiques à prix cassés. Level annonce des prix d'appel de 99 euros pour des destinations telles que Montréal, Pointe-à-Pitre et Fort-de-France et moins de 130 euros pour un Paris-New-York. Pour ce faire, Level opère deux Airbus A330-200 offrant 21 sièges en classe premium et 293 sièges en classe éco, selon Les Echos.

Si Joon, la filiale low cost d'Air France, va débuter ses vols sur le court et moyen-courrier, elle va rapidement ouvrir des lignes à destination de Mahé aux Seychelles et de Fortaleza au Brésil. D'autres destinations long-courrier devraient rapidement suivre. La compagnie va avoir une flotte vingt-huit Airbus en 2020 : dix-huit moyen-courriers de la famille des A320/A321 et dix long-courriers A340 ou A350. Air France va-t-elle réussir son pari en lançant Joon sur des vols long-courriers ?
 

Réagir à cet article

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus