Avec Honeywell, Safran veut réduire la consommation des avions sur le tarmac

A la veille du salon du Bourget, les deux groupes ont annoncé leur intention de créer une société commune qui proposera aux avionneurs et aux compagnies aériennes une solution de roulage sur piste basée sur des moteurs électriques.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Avec Honeywell, Safran veut réduire la consommation des avions sur le tarmac

Safran récidive. Le groupe français aime les JV à 50/50 avec les groupes américains. Après son alliance avec General Electric sur les moteurs, voilà qu'il signe un partenariat avec Honeywell, un spécialiste de l'électronique de bord et des groupes auxiliaires de puissance pour avion.

Les deux sociétés vont collaborer pour concevoir une solution de roulage sur piste à base de moteurs électriques intégrés directement sur le train d'atterrissage principal de l'avion. Cela évite que l'avion utilise ses réacteurs principaux pour rouler sur la piste. "Cette solution peut générer une réduction jusqu'à 4% de la consommation en carburant par vol, notamment pour les court-moyen courriers", précise Jean-Paul Herteman PDG du groupe Safran. Honeywell apporte son expertise des groupes auxiliaires de puissance qui alimenteront les moteurs électriques tandis que Safran son expertise de fabricant de trains d'atterrissage.

Les deux groupes travailleront sur la conception de l'électronique de puissance et de commande qui permettra au pilote de gérer la vitesse, le freinage et la direction de l'avion lors des manoeuvres au sol. L'accord entre les deux partenaires couvre également la production, le marketing et le service après-vente.

"La première solution sera disponible dans le courant de 2016", a précisé Tim Mahoney, PDG de Honeywell Aerospace. Sur la période 2016-2030, environ 9000 avions, neufs ou en service, pourraient être équipés. Cela représente un marché potentiel de 5 milliards de dollars sur la durée.

Pour les avionneurs et les compagnies aériennes, cette alliance n'est pas forcément une bonne nouvelle. Elle réduit le nombre de fournisseurs alors qu'avant cet accord, Safran et Honeywell étaient en concurrence sur ce futur segment du roulage sur piste via des systèmes électriques.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS