Avec Graham-White, Faiveley poursuit son aventure américaine

Le prix ETI de l'année de L'Usine Nouvelle déroule avec méthode sa stratégie de conquête du marché américain. Il mise toujours sur le triptyque qualité-innovation-intégration. Une recette testée avec succès en Allemagne.
Partager
Avec Graham-White, Faiveley poursuit son aventure américaine

Acquisition de technologies pointues et renforcement sur le marché américain, le rachat de Graham-White s'inscrit en droite ligne dans la stratégie de l'équipementier ferroviaire français. Le petit américain (70 millions d'euros de chiffre d'affaires et 300 salariés) apportera à Faiveley Transport ses compétences pointues dans certains composants de freinage.

De quoi proposer des systèmes innovants toujours plus intégrés et misant sur la qualité, le triptyque sur lequel l'équipementier a bâti son succès au cours de la dernière décennie, qui a vu le chiffre d'affaires du groupe quintupler, à 914 millions d'euros pour l'exercice 2010/2011.

Recruté par son prédécesseur Robert Joyeux en 2008 pour revisiter la stratégie de Faiveley, l'actuel patron de l'équipementier, Thierry Barel, avait identifié quatre marchés géographiques prioritaires, dont les Etats-Unis. C'est avec obstination que le français s'est depuis attaché à se renforcer sur le marché américain et sur le marché du fret, sur lesquels il était peu présent.

Plus de 210 millions d'euros de commandes

L'acquisition en 2008 du spécialiste du freinage Ellcon avait ouvert la voie à la création, en octobre 2010, d'une coentreprise avec Amsted, leader américain des composants pour le fret. En ligne de mire : le marché renaissant du fret américain, dopé par les 20 milliards de dollars que le gouvernement Obama a décidé en 2009 de consacrer au transport.

Méthodique, le français l'a aussi été en Allemagne : quasi absent de ce marché majeur, Faiveley s'est rapproché de Siemens et Bombardier depuis 2008 pour décrocher au dernier trimestre 2011 trois contrats historiques (freins, portes, climatisations) dans le programme allemand de 130 trains à grande vitesse ICx (jusqu'à 300 avec les options).

En attendant les résultats des appels d'offre sur les lots restants, c'est déjà plus de 210 millions d'euros de commandes que Faiveley a ainsi engrangés. L'aventure américaine aura-t-elle autant de succès ?

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Inspecteur Equipements sous Pression en Service (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 22/11/2022 - CDI - Saint-Paul-Trois-Châteaux

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

75 - EDF SA

Recherche d'un SI de gestion des plans, des surfaces et des occupants pour le parc immobilier du Groupe EDF, géré par la Direction de l'immobilier.

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS