Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Avec GE Water, Suez pèsera 2,6 milliards d'euros dans l'eau industrielle d'ici 2020

Sybille Aoudjhane , , ,

Publié le

Neuf mois après avoir fait l'acquisition de la branche eau de GE, Suez table sur un chiffre d'affaires de 2,6 milliards d'euros pour sa branche Water Technologie & Solutions d'ici 2020. 

Avec GE Water, Suez pèsera 2,6 milliards d'euros dans l'eau industrielle d'ici 2020
Traitement d'eau Suez en Californie
© Ludovic Dupin

Suez a annoncé, mercredi 13 décembre, viser un chiffre d’affaires de 2,6 milliards d'euros dans l’eau industrielle d’ici 2020. Une montée en puissance qui fait suite à l’acquisition de General Electric Water & Process technologies, en mars dernier, pour un montant d'environ 3,2 milliards d’euros (aux côtés de la Caisse de dépôt et placement du Québec). Le groupe confirme ses priorités : se développer à l’international et cibler les clients industriels.

Le marché de l’eau industrielle représente 85 milliards d'euros et devrait croître d’environ 5 % par an affirme l’entreprise. Suez dessert le quart du marché et présente sa business unit Water Technologies & Solutions (WT&S) comme "le seul acteur mondial présent sur l’ensemble de la chaine de valeur", précise Jean-Louis Chaussade, Directeur général de Suez. Quelque 40 % du chiffre d’affaires de Suez est généré par des clients industriels. "Il y a une prise de conscience des entreprises quant à leur empreinte environnementale. Les industriels se posent de plus en plus de questions et cela suscite l’externalisation [de leurs activités dans l'eau]", assure-t-il.

WT&S se développe avec deux branches : le traitement chimique de l’eau industrielle et les infrastructures de process, et les équipements technologiques destinés aux traitements de l’eau. Les activités de R&D, qui sont jumelées, seront amenées à travailler sur la chimie verte (afin d’adapter les matériaux utilisés aux nouvelles législations), la technologie membranaire et le traitement des eaux neutre en énergie. Suez cherche également à intégrer ces solutions dans les services proposés par sa section pétrole et gaz.

Suez estime à 40 millions d’euros les coûts de transaction et à 68 millions ceux de l’intégration de General Electric Water & Process technologies, qui devrait s’étaler sur 18 mois. "C’est un processus extrêmement lourd, assure Jean-Louis Chaussade. La consolidation va prendre du temps car les marchés sont énormes. GE continue à faire des prestations et il faut assurer la transition." Les équipes seront fusionnées avec des membres des deux entités.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle