Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Avec GE Water, Suez pèsera 2,6 milliards d'euros dans l'eau industrielle d'ici 2020

Sybille Aoudjhane , , ,

Publié le

Neuf mois après avoir fait l'acquisition de la branche eau de GE, Suez table sur un chiffre d'affaires de 2,6 milliards d'euros pour sa branche Water Technologie & Solutions d'ici 2020. 

Avec GE Water, Suez pèsera 2,6 milliards d'euros dans l'eau industrielle d'ici 2020
Traitement d'eau Suez en Californie
© Ludovic Dupin

Suez a annoncé, mercredi 13 décembre, viser un chiffre d’affaires de 2,6 milliards d'euros dans l’eau industrielle d’ici 2020. Une montée en puissance qui fait suite à l’acquisition de General Electric Water & Process technologies, en mars dernier, pour un montant d'environ 3,2 milliards d’euros (aux côtés de la Caisse de dépôt et placement du Québec). Le groupe confirme ses priorités : se développer à l’international et cibler les clients industriels.

Le marché de l’eau industrielle représente 85 milliards d'euros et devrait croître d’environ 5 % par an affirme l’entreprise. Suez dessert le quart du marché et présente sa business unit Water Technologies & Solutions (WT&S) comme "le seul acteur mondial présent sur l’ensemble de la chaine de valeur", précise Jean-Louis Chaussade, Directeur général de Suez. Quelque 40 % du chiffre d’affaires de Suez est généré par des clients industriels. "Il y a une prise de conscience des entreprises quant à leur empreinte environnementale. Les industriels se posent de plus en plus de questions et cela suscite l’externalisation [de leurs activités dans l'eau]", assure-t-il.

WT&S se développe avec deux branches : le traitement chimique de l’eau industrielle et les infrastructures de process, et les équipements technologiques destinés aux traitements de l’eau. Les activités de R&D, qui sont jumelées, seront amenées à travailler sur la chimie verte (afin d’adapter les matériaux utilisés aux nouvelles législations), la technologie membranaire et le traitement des eaux neutre en énergie. Suez cherche également à intégrer ces solutions dans les services proposés par sa section pétrole et gaz.

Suez estime à 40 millions d’euros les coûts de transaction et à 68 millions ceux de l’intégration de General Electric Water & Process technologies, qui devrait s’étaler sur 18 mois. "C’est un processus extrêmement lourd, assure Jean-Louis Chaussade. La consolidation va prendre du temps car les marchés sont énormes. GE continue à faire des prestations et il faut assurer la transition." Les équipes seront fusionnées avec des membres des deux entités.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus