Avec des résultats solides en 2016 malgré un contexte difficile, Michelin présente des objectifs ambitieux pour 2017

Le fabricant de pneumatiques Michelin a su tirer parti de la forte hausse des matières premières et de la baisse relative du volume de ses ventes en 2016. Bénéficiaire en 2016 (+ 43,5 % par rapport à 2015), à 1,68 milliard d'euros, le clermontois a récolté les fruits de son serrage de ceinture initié deux ans plus tôt. Le groupe table sur une nouvelle progression de son bénéfice opérationnel pour 2017.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Avec des résultats solides en 2016 malgré un contexte difficile, Michelin présente des objectifs ambitieux pour 2017

Fort de ses bons résultats en 2016, le groupe Michelin prévoit une nouvelle progression de son bénéfice opérationnel en 2017. Après une croissance de 4,5% l'an passé, ses augmentations de prix et le rebond du secteur minier devant compenser le retour de la hausse des matières premières, le fabricant de pneumatiques a également annoncé ce mardi 14 février qu'il visait un résultat opérationnel sur activités courantes supérieur ou égal à celui de 2016 (hors effets de change positifs estimés à 100 millions d'euros, après un effet négatif de 122 millions en 2016).

"En 2017, les marchés de pneumatiques devraient rester voisins des tendances observées sur la fin de 2016, en particulier avec la reprise des ventes de pneumatiques pour les compagnies minières", a déclaré Jean-Dominique Sénard, le président de Michelin, lors d'une conférence téléphonique à l'occasion de la présentation des résultats de son groupe.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

L'IMPACT NÉGATIF DES MATIÈRES PREMIÈRES ESTIMÉ À -900 M€ EN 2017

Dans l'éventail de ses activités, le marché du pneu minier, à forte marge, est ainsi attendu cette année en hausse de 5% à 10% avec la fin du déstockage, tandis que celui du pneu voiture est vu en croissance de 2% à 3%.

Ces annonces sont bien accueillies en Bourse, où le titre Michelin s'inscrit en tête de l'indice CAC 40 avec un gain de 2% à 9h45. "Ces résultats sont solides et encourageants pour 2017, avec une bonne dynamique de l'activité tourisme-camionnette et le rebond du segment Mining", commente CM-CIC Market Solutions dans une note. Michelin estime que l'année 2017 sera également marquée par une hausse des matières premières, dont l'impact négatif est estimé à ce stade à environ -900 millions d'euros. Pour y faire face, le groupe clermontois a déjà annoncé plusieurs hausses de prix allant jusqu'à +8% sur ses principaux marchés. En 2016, les prix du caoutchouc et du pétrole, principaux composants des pneus, avaient au contraire eu un impact positif de 545 millions d'euros.

A plus long terme, Michelin présente des objectifs optimistes : "nous avons de fortes ambitions dans le domaine pneumatique avec un objectif d'augmentation de 20% d'ici à 2020", a expliqué le dirigeant du groupe industriel auvergnat. Et d'ajouter : "nous avons également de fortes ambitions dans les activités services, qui sont en forte croissance, ainsi que dans le domaine des expériences pour nos clients. Certaines de nos activités sont historiques pour nous et représenterons un élément important de notre croissance future".

DES RÉSULTATS 2016 EN LIGNE AVEC SES OBJECTIFS

Dans le détail pour l'année écoulée, le bénéfice net part du groupe a grimpé de 43,5% à 1,68 milliard d'euros grâce notamment à l'absence de charges de restructuration (370 millions d'euros en 2015). Les résultats sont légèrement supérieurs au consensus réalisé par Inquiry Financial pour Reuters. Les ventes nettes ont totalisé 20,907 milliards d'euros (-1,4%), contre 20,8 milliards attendus et le bénéfice opérationnel a atteint 2,69 milliards (contre 2,67 milliards). Le résultat net était attendu à 1,52 milliard d'euros.

Michelin a estimé que ses résultats 2016 confortaient les objectifs de son plan 2020 qui prévoit notamment un free cash-flow structurel supérieur à 1,4 milliard d'euros. "Nous sommes en route vers 2020 et la stratégie que nous avions annoncé il y a quelques mois est durable", a souligné Jean-Dominique Sénard. Il attend un FCF supérieur à 900 millions d'euros en 2017 après 961 millions en 2016. Le groupe vise également 1,2 milliard d'euros d'économies sur les quatre prochaines années, après 1,197 milliard réalisées sur la période 2012-2016.

Aurélie M'Bida (Avec Reuters)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS