Avec de nouvelles révélations, le jeu trouble de Lafarge en Syrie s'épaissit

Le Monde et Libération ont révélé le contenu des auditions de plusieurs cadres de Lafarge dans le cadre de l'enquête sur les activités de l'entreprise française en Syrie. Selon ces documents, les renseignements français savaient que l'Etat Islamique bénéficiait de financements de la part du cimentier. Ils soulèvent également la possibilité d'une nouvelle relation économique entre Lafarge et le groupe terroriste.

Partager
Avec de nouvelles révélations, le jeu trouble de Lafarge en Syrie s'épaissit
L’affaire Lafarge commence maintenant à éclabousser l’Etat français.

L’affaire Lafarge commence maintenant à éclabousser l’Etat français. Selon des documents relayés par Le Monde et Libération, les services de renseignement français étaient informés des activités de Lafarge en Syrie. Est-ce que le gouvernement était au courant de ces agissements ? Est-ce que Lafarge communiquait de façon transparente avec le renseignement français ? Ces nouvelles informations soulèvent des questions sur le jeu très trouble du cimentier français au Proche-Orient.

En juin 2016, une enquête du Monde révélait que Lafarge aurait payé des taxes à l’Etat Islamique afin de maintenir l’activité de sa cimenterie de Jalabiya. Entre 2012 et 2014, le cimentier aurait ainsi versé 4,3 millions d’euros à un intermédiaire pour qu’il négocie la sécurité de routes auprès des groupes armés, dont l’EI.

Sept mises en examen pour mise en danger de la vie d’autrui ou financement du terrorisme

A ce jour, sept cadres ou anciens cadres de Lafarge ont été mis en examen pour mise en danger de la vie d’autrui ou financement du terrorisme, dont l’ancienne directrice des ressources humaines et l’ancien PDG de l’entreprise, Bruno Lafont. Parmi eux figure également Jean-Claude Veillard, ancien directeur sûreté de Lafarge. Les informations communiquées par Le Monde et Libération s’appuient sur les compte-rendus de ses interrogatoires.

Dans ces entretiens, Jean-Claude Veillard révèle ses communications avec les services de renseignement français. “Selon l’agenda fourni par Jean-Claude Veillard aux enquêteurs, le directeur sûreté a rencontré à 33 reprises les différents services de renseignement extérieurs (DRM, DGSE) et intérieur (DGSI) entre 2012 et 2014”, précise Libération. “Je ne faisais aucun tri dans les informations que je donnais aux services de renseignement”, assure Jean-Claude Veillard.

Si le renseignement français était au courant, le gouvernement français a-t-il également été informé ? En octobre 2017, l’ONG Sherpa demandait déjà l’audition de Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères sous François Hollande entre mai 2012 et février 2016. Alors que les intermédiaires payés par Lafarge transmettaient également des informations sur les membres de l’EI, il reste à savoir si le cimentier était complètement transparent dans ses communications avec les services de renseignement.

Lafarge a-t-il fourni du ciment à l’Etat Islamique ?

Dans un autre article, Libération dévoile également le contenu d’une audition de Frédéric Jolibois, directeur de la filiale syrienne de Lafarge. Ces échanges soulèvent une nouvelle possibilité de relation entre l’entreprise française et l’Etat Islamique. “Le 22 décembre 2014, alors que l’usine syrienne est encore aux mains du groupe terroriste, Ahmad Jaloudi, le 'gestionnaire des risques' de Lafarge en lien avec les groupes armés, informe Frédéric Jolibois, responsable de cette filiale, de la volonté de l’Etat islamique d’acheter 150 000 tonnes de ciment”, retrace le quotidien.

Lafarge a-t-il fourni ce volume conséquent à l’organisation terroriste ou a-t-il commercé par ailleurs avec elle ? Le directeur se défend comme le cite Libération : “Ce mail ne fait référence à aucune volonté d’achat ou même de commerce avec ISIS. C’est de l’information. On est une société complètement à l’arrêt, qu’est-ce qu’on peut faire à part recueillir de l’information ?” On peut toutefois se demander si cette démarche est vraiment désintéressée et pourquoi une entreprise multinationale recueillerait de tels renseignements.

Contacté par L’Usine Nouvelle, Lafarge n’a pas souhaité répondre à nos questions : “Nous ne commentons pas des conversations ou des documents qui relèvent d'une procédure judiciaire en cours.”

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Bâtiment Travaux publics

Escabeau isolant Pro Intensif

MANUTAN

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

TOLIER FORMEUR P3 H/F

- 21/09/2022 - CDI - PONTOISE

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

75 - ICF LA SABLIERE

Accord-cadre à bons de commandes travaux TCE spécifique PMR Ile de France

DATE DE REPONSE 01/01/1970

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS