Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Avec cette arme à micro-ondes, les États-Unis déclarent la guerre aux drones

Rémi Amalvy , , , ,

Publié le

Vidéo L'armée américaine s'attaque aux drones. Le Pentagone a annoncé devant le Congrès qu'un système à micro-ondes pour neutraliser les appareils avait été acheté pour 16,28 millions de dollars. Développé par l'américain Raytheon, le Phaser devrait être testé à l'étranger, avant un déploiement prévu après décembre 2020.

Avec cette arme à micro-ondes, les États-Unis déclarent la guerre aux drones
Le PHASER envoie ses ondes pour neutraliser les drones.
© Raytheon

Nouvel outil de déstabilisation et d’espionnage, le drone est de plus en plus utilisé dans des opérations criminelles, voire terroristes. Les attaques se font de plus en plus fréquentes. À la mi-septembre, des sites pétroliers saoudiens ont été la cible de plusieurs appareils, soupçonnés d’appartenir à l’Iran. Une crise diplomatique en a découlé, avec l’envoi de nouvelles troupes militaires américaines dans la région.

Les États-Unis ont justement décidé de passer à l’étape supérieure, pour se prémunir, ainsi que leurs alliés stratégiques, de potentielles attaques. Le 23 septembre, le Pentagone a notifié le Congrès américain de l’achat d’un nouveau système d’arme à micro-ondes conçu pour abattre les drones à l’aide d’impulsions d’énergie. Baptisé Phaser et développé par l’entreprise américaine Raytheon, celui-ci aura coûté à l’U.S. Air Force quelque 16,28 millions de dollars, précise le Pentagone dans un communiqué. L’armée prévoit une période test d’un an "en dehors du territoire américain" qui devrait se terminer "le 20 décembre 2020", pour un rapide déploiement à l’étranger par la suite.

Des ondes pour surcharger les circuits électriques

Le système, raconte le site américain Popular Mechanics, utilise les micro-ondes pour, littéralement, désactiver les drones de Classe 1 et 2, soit ceux ne dépassant pas les 25 kilos, le kilomètre d’altitude et les 370 km/h. Les ondes envoyées grâce à son faisceau conique ne brûlent pas directement et totalement les appareils volants, mais surchargent d’énergie leurs circuits électriques. Alors que les lasers classiques doivent se fixer sur une cible pour la griller, les impulsions du Phaser ne prendraient qu’une microseconde pour la mettre hors d’état.

Pour identifier ses futures victimes, le Phaser est assisté par des militaires opérateurs. À l’aide d’un radar et de différentes caméras, ceux-ci ont la mission de surveiller et détecter de potentielles menaces. Les données récoltées sont transmises au système, qui utilise alors son antenne pour "viser" les drones ennemis. Du personnel de l’U.S. Air Force a été spécialement entraîné pour se servir de l’appareil, lors des premières phases d’essais sur le territoire américain. Des essais réussis qui auraient convaincu les Etats-Unis de débourser les millions nécessaires à son utilisation.

Une utilité retrouvée

Jusqu’à présent, les armes à micro-ondes n’avaient que peu trouvé leur utilité. Leurs systèmes ne font pas la différence entre allié et ennemi. Envoyer des ondes sur une zone, c’est courir le risque d’endommager son propre matériel. Mais avec la multiplication d’attaques impliquant des nuées de petits drones, ce défaut devient une qualité. Le Phaser peut attaquer plusieurs cibles simultanément, sans jamais manquer de munitions.

L’armée américaine n’en est pas à son coup d’essai concernant les systèmes anti-drones micro-ondes. En août 2018 déjà, elle avait mandaté Lockheed Martin pour la création et le développement de ce type d’armement. Le constructeur américain doit également livrer des lasers anti-drones pour 2022.

Selon l’Air Force et Raytheon, l’achat du Phaser était prévu depuis quelques temps déjà, pour une utilisation future dans des zones comme la frontière avec entre les deux Corées, l’Ukraine, le continent africain et le Moyen-Orient. L’attaque des sites pétroliers saoudiens de septembre aurait cependant précipité la transaction, convainquant les officiels américains de son utilité. La guerre contre les drones serait donc sur le point d’être déclarée.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

02/10/2019 - 11h56 -

Étonnant qu'il ait fallu autant de temps pour comprendre que les drones pouvaient représenter une menace notamment après les survols interdit des aéroports et des centrales atomiques ? Surtout que sachant que ces engins pouvaient être dirigés par des ondes radios, on ait pas trouver plutôt des parades en détection et en neutralisation ?
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle