Avec 1336, les ex-Fralib transforment la mémoire de leur lutte en marque commerciale

Après un conflit social qui aura duré 4 ans et la fermeture de leur fabrique de thé dans les Bouches-du-Rhône, les anciens salariés de Fralib ont créé Scop-Ti, une société coopérative. Ils ont également annoncé, mardi 26 mai, le lancement de leur nouvelle marque, 1336. 

Partager
Avec 1336, les ex-Fralib transforment la mémoire de leur lutte en marque commerciale

1336, c’est en nombre de jours la durée du conflit qui avait opposé les salariés de Fralib de Gemenos (Bouches-du-Rhône) au groupe Unilever entre 2010 et 2014. C’est aussi le chiffre symbolique choisi par les ex-Fralib pour la marque des produits qu’ils commercialiseront par le biais de leur coopérative, Scop-Ti. Cette nouvelle marque a d'ailleurs été annoncée à 13h36 à l’occasion d’une journée portes-ouvertes, comme autant de clins d’œil à l’histoire mouvementée de cette coopérative ouvrière. Quelle stratégie industrielle a adopté la jeune entreprise ?

Favoriser le local

Tout est résumé dans la promesse de 1336 (prononcé treize trente-six), "éveille les consciences, réveille les papilles". Au-delà du symbole, la coopérative souhaite faire de son thé et de ses infusions, des produits bien ancrés dans les filières locales, les approvisionnements courts et la distribution maîtrisée. "La marque 1336 vise la grande distribution et ainsi une couverture locale dans le sud-est. Nous nous engageons à travailler sur une aromatisation 100% naturelle et à favoriser les producteurs en direct. Les relations commerciales développées seront de véritables partenariats", expose Olivier Leberquier, ex-leader CGT de l’occupation de l’usine Fralib, devenu directeur général délégué de Scop-Ti, non sans accent militant.

L’ancien syndicaliste annonce également la déclinaison du nom de la coopérative en marque. Scop-Ti sera dédiée aux infusions et thés issus de l'agriculture biologique. Elle est en passe d’être distribuée par le réseau de magasins Biocoop dans toute la France. "Les discussions avec la direction de la chaîne de magasins bio sont plus qu’avancées", raconte Olivier Leberquier.

De syndicaliste à patron

Les ex-Fralib ont longuement préparé leur reconversion. Sur les 182 employés que comptait le site de Gemenos à sa fermeture en 2011, 57 ont décidé de tenter l’aventure en devenant coopérateurs. Ils ont investi toutes leurs indemnités de licenciement dans la Scop (soit 177 000 euros). "Notre conseil d’administration compte onze membres et l’assemblée générale est le seul organe de décision. D’ailleurs, les trois membres du comité de pilotage constitué du président, Gérard Cazorla, du directeur général, Marc Decugis, et de moi-même sommes révocables à tout moment", explique le nouveau directeur général délégué de Scop-Ti.

L’ex-syndicaliste devenu patron, assume sa situation : "Je vois cela comme un défi. Nous n’avions de cesse d’expliquer ce que nous ferions si nous étions aux manettes durant la lutte Fralib, aujourd’hui c’est nous qui sommes aux manettes !"

à la recherche de partenaires

Le combat des ex-Fralib semble pourtant loin d’être terminé. Il a simplement changé de terrain. De la sauvegarde de leur activité industrielle et de leurs emplois, désormais ils doivent réussir la création de leur entreprise…et sa pérennité. Sur les 19,1 millions d’euros versés pour le règlement complet du conflit, dont 10 millions d’indemnités de licenciement, arriérés de salaires et cotisations sociales, et 7 millions correspondant au chiffrage du parc industriel, ce sont quelque 2,850 millions qui ont été investis directement dans la Scop. Une somme qui permet aujourd’hui le lancement de l’aventure 1336. "Nous n’excluons pas non plus de racheter l’usine à la communauté urbaine de Marseille, surtout si nous arrivons à accueillir de nouveaux partenaires dans la Scop", annonce Olivier Leberquier.

La recherche de partenariat semble en effet être un des ingrédients majeurs de la réussite à long terme d’une coopérative industrielle. "Nous suivons de près les modèles qui marchent. Nous étions d’ailleurs complices avec la coopérative Fabrique du sud (ndlr. créée par les ex-salariés des glaces Pilpa) qui a généré 100 000 euros de bénéfice net en 2014. Pour moi, la Scop est le modèle économique qui résiste le mieux à l’heure actuelle", souffle l’ancien Fralib.

Aurélie M’Bida

En images, l’histoire de SCOP TI racontée par les ex-Fralib :

Sujets associés

NEWSLETTER L’actu de vos régions

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 03/10/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS