Aux USA, GM acquiert une société de crédit

Le constructeur de Detroit a déboursé 2,7 milliards de dollars pour s’offrir AmeriCredit. Le patron de GM a déclaré qu’il s’agissait d’une étape indispensable avant la réintroduction en bourse prévue en novembre.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Aux USA, GM acquiert une société de crédit

Le 22 juillet 2010, General Motors a acquis un organisme financier, AmeriCredit dont le siège se trouve dans le Texas. Le constructeur automobile de Détroit a déboursé 2,7 milliards d’euros à la suite d’une OPA amicale. Sur son bilan, AmeriCredit affiche neuf milliards de dollars de prêts. Un tiers de ses opérations concernent le financement de l’achat de voitures GM, qu’elles soient neuves ou d’occasion.

La situation dans laquelle se trouvait GM était plutôt insolite : aux Etats-Unis, un constructeur automobile se doit d’optimiser l’écoulement de sa production grâce à une société de crédit prospérant dans son giron. Les industriels automobiles ont pour habitude de réaliser 7 % de leurs ventes par le biais d’emprunteurs de seconde catégorie. GM souffrait d’un handicap par rapport à la concurrence, avec 4 % seulement de ses modèles dans ce cas.

EN 2006, IL AVAIT VENDU 50% DE GMAC

Phénix automobile en pleine renaissance, GM a annoncé l’acquisition d’AmeriCrédit, un an après avoir frôlé la banqueroute, quand le Trésor américain lui avait fourni une roue de secours en prenant 60 % de son capital.

Il s’agit presque d’un retour à la case départ : en 2006, alors que la crise couvait, GM avait vendu à la hussarde la moitié de ses parts dans GMAC, une société de crédit à la consommation. Cette opération avait contribué à renflouer les caisses du constructeur automobile. Rebaptisé depuis Ally Financial, cet organisme financier a continué à travailler avec GM tout en traçant son propre sillon.

Le patron de GM, Ed Whitacre, a tenu à préciser que l’achat d’AmeriCredit était une étape indispensable avant la réintroduction en bourse du constructeur automobile. Cet événement devrait survenir en novembre prochain, "pour autant que les conditions du marché soient propices", a-t-il stipulé.

Le but de la manœuvre serait d’offrir au public 20 % des titres de GM encore aux mains du Trésor. En reprenant ses quartiers à Wall-Street, GM serait à même de lever des fonds estimés tout au plus à 15 milliards de dollars. Pour Barak Obama et le Parti démocrate, ce serait un soulagement à la veille des élections législatives. Ces derniers sont accusés d'avoir exacerbé l’endettement public : trop de largesses auraient été accordées à des entreprises en détresse.

Partager

NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS