Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Aux Etats-Unis, le charbon fait grise mine

Myrtille Delamarche , , , ,

Publié le , mis à jour le 31/03/2016 À 11H55

Cette année, pour la première fois, les États-Unis devraient consommer plus de gaz naturel que de charbon pour générer de l’électricité. Selon les dernières prévisions de l’agence américaine de l’énergie (IEA), le gaz alimentera 33% des centrales électriques du pays en 2016, tandis que le charbon tombera à 32%.

Ce petit point d’écart entre les deux combustibles fossiles est plus important qu’il n’y paraît de prime abord. Car le charbon a longtemps représenté 50 % du mix énergétique de la production électrique américaine. Et, bien que le prix du charbon ait été divisé par deux depuis son pic de 2011, la substitution en cours n’est pas un accident réversible lié aux conditions de marché. Car le gaz reste plus cher que le charbon.

Énergies renouvelables en embuscade

Cette révolution s’explique par des mesures politiques et économiques prises à la fois par le gouvernement et par les banques pour cesser tout soutien à la filière charbon. Conjuguées à l’effondrement des prix du combustible, ces mesures ont participé à mettre en faillite quatre entreprises charbonnières majeures aux États-Unis. Et sans doute bientôt cinq, en raison de la situation financière de Peabody. Le premier producteur non étatique mondial représente à lui seul 20 % de la production américaine.

Même Hillary Clinton, en campagne pour les primaires démocrates, a prévenu avant de s’en excuser que sa politique énergétique mettrait une grande partie de la filière en difficulté. Une déclaration risquée quand on sait que le secteur du charbon employait en 2015 quelque 68 000 mineurs aux États-Unis.

Le gaz n’est pas le seul à défier le charbon. La montée en puissance des énergies renouvelables limite le recours aux énergies fossiles et donc le taux d’utilisation des capacités installées, qu’il s’agisse de centrales au gaz ou au charbon. Mécaniquement, le coût total du mégawattheure (MWh) s’en trouve rehaussé. Aux États-Unis, cela s’est traduit par un surcoût de 9?dollars par MWh produit au charbon, selon un calcul récent de Bloomberg New Energy Finance. En Europe, ce surcoût atteint 23?dollars. Encore un effort et les énergies propres seront effectivement les plus économiques.

Myrtille Delamarche

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle