Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

AUTOMOBILEL'embrayage piloté tente de séduire les conducteursFaisant oeuvre de pionnier, Renault supprime la pédale d'embrayage de sa Twingo. Volkswagen et Saab se lancent aussi à l'assaut de ce nouveau marché.

, ,

Publié le

AUTOMOBILE

L'embrayage piloté tente de séduire les conducteurs

Faisant oeuvre de pionnier, Renault supprime la pédale d'embrayage de sa Twingo. Volkswagen et Saab se lancent aussi à l'assaut de ce nouveau marché.



La Renault Twingo Easy, la Volkswagen Golf Ecomatic et la Saab 900 Sensonic ont un point commun: l'absence de pédale d'embrayage. Annoncé depuis longtemps, l'embrayage piloté fait son apparition en Europe. Objectif: séduire les amateurs de boîtes de vitesses manuelles, largement majoritaires, qui refusent le passage à la transmission automatique. Avantage pour le client: un surcoût d'à peine 2500 francs sur la Twingo - avec une marge très réduite pour le constructeur. Une boîte automatique, qui sera peut-être proposée ultérieurement, coûterait de 6000 à 8000 francs. En outre, le système ne pénalise ni la consommation ni les performances. Si un nouveau marché vient de naître, les constructeurs tablent sur un lent démarrage des ventes. Celles de Renault ont débuté à Taïwan en juin dernier. "Fin 1994, début 1995, l'embrayage piloté devrait équiper moins de 4 à 5% de Twingo. Nous en tirerons vraiment les leçons d'ici trois à quatre ans. Si le système est adopté par 30% des clients, ce sera un succès. Si l'on reste en deçà des 5%, un échec", commente Yves Dubreil, le directeur de projet de la Twingo. Bien des clients potentiels seront en effet rebutés par le prix, si réduit soit-il, sans compter la fidélité à certaines habitudes de conduite. Quant à la fiabilité, elle n'est pas prouvée. Même si des tests ont simulé des parcours ininterrompus de 50000 kilomètres. Pourtant, chez Renault, on y croit suffisamment pour étendre l'offre à la Clio et à l'utilitaire Express dès le début de 1995. L'an prochain, 2,5% de la production du groupe pourrait être dotée de cet embrayage piloté. De son côté, Saab espère produire 2000 modèles 900 Sensonic d'ici à la fin janvier. Mais c'est chez Volkswagen qu'on demeure le plus circonspect. La Golf Ecomatic ne séduirait pas plus de 150clients français en 1995, selon les prévisions. "Il s'agit pour l'instant d'une vitrine technologique", dit-on chez VAG France. Mais, d'autres modèles, telle la nouvelle Polo, pourraient être bientôt pourvus. Chez PSA, on travaille sur l'embrayage piloté, mais "aucune décision de le mettre sur un véhicule n'a été prise", précise-t-on chez Citroèn.

Une belle bagarre en vue

Face à tant d'incertitudes, les constructeurs ont limité les risques. Plutôt que de développer seul ce système, Renault s'est adressé au britannique Automotive Products, spécialiste de l'embrayage et du freinage. De préférence à Valeo, dont les prix étaient pourtant similaires. Les études ont commencé en 1990 et les premiers exemplaires de présérie sont apparus en mai dernier.

L'allemand Sachs équipe pour sa part la Saab 900 et Valeo n'a pas renoncé. Une belle bagarre s'annonce. A moins qu'un succès imprévu des boîtes automatiques n'étouffe le marché dans l'oeuf. C'est peu probable.



L'USINE NOUVELLE - N°2470 - 09-15-1994





USINE NOUVELLE - N°2470 -

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus