Automobile-matériel de transport

Partager


PREMIER PRIX

Zodiac
Repositionner ses métiers
Le groupe, connu pour ses canots pneumatiques, a réussi son virage vers l'aéronautique, multipliant les acquisitions.


L'entreprise
Siège : Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine)
Actionnariat : public (72 %), familles (28 %)
Marge nette 2001 : + 5,48 %
Effectifs 2001 : 10 550 salariés

Un chiffre d'affaires multiplié par plus de deux et demi en cinq ans, des positions de leader mondial sur de nombreux créneaux de l'aéronautique, comme les systèmes de gestion de carburant, les toboggans d'évacuation pour avions civils, les sièges de passagers ou encore les équipements de cabine (galleys de cuisine, sanitaires) : pas de doute, Zodiac a réussi à négocier son virage stratégique vers l'aéronautique. Cette année encore, en pleine crise du transport aérien, le groupe tire son épingle du jeu, avec des ventes qui ne reculent que de 3,5 %.

En une décennie seulement, Zodiac a réussi une franche métamorphose, collectionnant une vingtaine d'acquisitions. Aujourd'hui, les activités aéronautiques représentent les trois quarts de son chiffre d'affaires. Loin de l'image des canots pneumatiques qui avait poussé, un moment, les responsables de l'entreprise centenaire d'Issy-les-Moulineaux à tenter l'aventure dans la plaisance avec la reprise infructueuse de Jeanneau au milieu des années 90.

Depuis, les acquisitions se sont multipliées dans l'aéronautique. Avec une opération majeure.« Le rachat d'Intertechnique en 1999 s'est inscrit dans la logique de se positionner comme un systémier majeur, alors que le secteur était en pleine concentration », rappelle Jean-Louis Gérondeau, président du directoire de Zodiac.

Des spécialités à fort contenu technologique
Grâce à cette opération, le groupe a fait coup double. Il a trouvé des activités complémentaires aux siennes (sièges passagers, systèmes d'évacuation d'urgence, aérofreinage, équipements sanitaires). Surtout, il s'est repositionné sur des métiers à fort contenu technologique, comme les systèmes de gestion de carburant et de puissance électrique embarquée, les masques à oxygène pour les pilotes, les équipements de commande et de signalisation du poste de pilotage ou encore les systèmes de télémesure. Des spécialités où Intertechnique affichait de solides positions mondiales.

La stratégie se révèle payante. « Notre diversité réduit l'exposition aux aléas du marché. D'autre part, beaucoup de ces activités génèrent du service après-vente, donc des revenus récurrents », analyse Jean-Louis Gérondeau. Le groupe est ainsi présent sur des marchés dont les cycles sont décalés : les avions de ligne, le transport régional l'aviation d'affaires, mais aussi les avions d'armes et les hélicoptères.

Cette stratégie d'acquisitions n'aurait guère pu être menée sans une alchimie financière que Zodiac s'est toujours discrètement appliqué à peaufiner. « Pour financer une croissance annuelle de plus de 15 % sur plus de quinze ans, il faut être certain de la bonne rentabilité de ses métiers », précise Jean-Louis Gérondeau. Zodiac a veillé à se donner les moyens de son autofinancement. Quitte à recourir à l'endettement pour de grosses opérations. Et en le ramenant, très vite, dans des limites raisonnables : une fois les capitaux propres depuis août dernier, contre deux fois précédemment.

Le groupe se ménage ainsi la possibilité de saisir de nouvelles opportunités. Même si ses responsables réfutent le modèle de conglomérat affiché par le numéro un mondial des équipementiers aéronautiques, l'américain Honeywell. 1

Jean-Pierre Jolivet


LES AUTRES CHAMPIONS


PLUS DE 80 MILLIONS D'EUROS DE CHIFFRE D'AFFAIRES

Trigano VDL
Paris (75)
Il surfe sur la vogue du camping-car
La filiale du numéro 1 des équipements de loisirs représente plus de la moitié du chiffre d'affaires du groupe Trigano réalisé dans les véhicules de loisirs (370,8 millions d'euros). Spécialiste du camping-car et de la caravane, Trigano VDL bénéficie de l'engouement des Européens pour le tourisme itinérant. Il s'adjuge ainsi une part de marché de 20 % en Europe et de 40 % en France, via quatre marques : Caravelair et Sterckman pour les caravanes, Chausson et Challenger (numéro 1 en France) pour le camping-car.
Dirigeant : François Feuillet
Actionnariat : Groupe Trigano (99,9 %)
Marge nette 2001 : 6,05 %
Effectifs 2001 : 700 salariés


Messier-Dowty
Vélizy-Villacoublay (Yvelines)
Le partenaire des grands avionneurs
Grâce à son approche de systémier,
le fabricant de trains d'atterrissage est devenu un partenaire à part entière des grands avionneurs mondiaux (Airbus, Boeing, Dassault Aviation, Bombardier). La firme équipe plus de 16 000 avions dans le monde. Huit implantations (France, Royaume-Uni, Canada, Etats-Unis) lui ont permis de développer ses activités maintenance et service après-vente. Elle est également présente sur les principaux programmes aéronautiques militaires (F18 de Boeing, Typhoon d'Eurofighter, Mirage et Rafale de Dassault, Tigre d'Eurocopter).
Dirigeant : Louis Le Portz
Actionnariat : 100 % Snecma
Marge nette 2001 : 6,1 %
Effectifs 2001 : 1 110 salariés


DE 15 A 80 MILLIONS D'EUROS DE CHIFFRE D'AFFAIRES

Sarma
Saint-Vallier (Drôme)
L'équipementier aéronautique joue la carte du renouvellement technologique
Spécialiste des systèmes électro-mécaniques, des roulements et des bielles pour commandes de vol et structures, l'équipementier aéronautique a joué la carte du développement de nouvelles technologies. Avec pour conséquence, le renforcement de la valeur ajoutée de ses produits. Présent chez Airbus (50 % des ventes), Dassault Aviation ou Messier-Dowty, la société a connu une forte progression en France.
Elle a également profité de la percée de ses clients Bombardier et Embraer dans le transport régional.
Dirigeant : Bernard Lefèvre
Actionnariat : 100 % SKF (Suède)
Marge nette 2001 : 4,6 %
Effectifs 2001 : 619 salariés


Aixam
Aix-les-Bains (Savoie)
Les voitures sans permis à la conquête de l'Europe
Aixam, le spécialiste des petites voitures sans permis de conduire, a connu une belle envolée, en 1998, avec l'ouverture du marché européen.
Il a su garder son avance grâce au développement d'une gamme complète : deux berlines, un pick-up et un minivan, assortis de deux niveaux de motorisations. Lors du dernier Mondial de l'automobile, il a présenté une nouvelle offre sous la marque Mega : des véhicules utilitaires ultralégers.
Dirigeant : Patrick Giraud
Actionnariat : Financière Norbert Dentressangle (56 %), Georges Blain (26,8 %), Siparex (10,7 %), Management (6,5 %)
Marge nette 2001 : 15,28 %
Effectifs 2001 : 35 salariés


MOINS DE 15 MILLIONS D'EUROS DE CHIFFRE D'AFFAIRES

Danielson Engineering
Magny-Cours (Nièvre)
Un bureau d'études qui fabrique des moteurs de A à Z
Danielson Engineering est un bureau d'études qui conçoit des moteurs prototypes dédiés à la validation de concepts pour l'industrie automobile. Avec la particularité par rapport à ses concurrents de se charger aussi de la fabrication - hors fonderie - et du test de ces moteurs, dans des délais très courts. Un atout qui permet à l'entreprise, fondée en 1996, d'augmenter progressivement le nombre des études réalisées. Aujourd'hui, elle compte parmi ses clients une grande partie des constructeurs européens.
Dirigeant : Bernard Delaporte
Actionnariat : privé (48 %), entreprises et personnes privées (30 %), salariés (22 %)
Marge nette 2001 : 12,21 %
Effectifs 2001 : 123 postes (équivalents temps plein)


Antavia
Dieupentale (Tarn-et-Garonne)
La maintenance sur tous les fronts
En quelques années, la PME spécialisée dans la maintenance d'équipements aéronautique, mécanique et électro-mécanique, a totalement renouvelé sa clientèle. Après l'arrêt de l'entretien des super Guppy d'Airbus (70 % de son activité en 1996), la société est devenue la seule station de réparation des bombardiers d'eau Canadair homologuée en Europe et affiche comme clients, Air France Industrie, Dassault Falcon Service, ATR ou encore Singapour Airlines.
Une stratégie qui a exploité le phénomène d'externalisation de la maintenance dans le secteur.
Dirigeant : Serge Dumas
Actionnariat : 100 % famille Dumas
Marge nette 2001 : 11,56 %
Effectifs 2001 : 38 salariés


Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS