Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Automobile : du "toujours plus" au "toujours mieux"

, , , ,

Publié le , mis à jour le 12/09/2013 À 11H56

Au pays des grosses cylindrées aussi, les constructeurs ont compris que l’on ne pouvait plus envisager l’automobile comme au XXe siècle. Dans les allées du salon de Francfort, les exemples ne manquent pas pour illustrer la mutation en cours de ce secteur.

Automobile : du toujours plus au toujours mieux
Avec la Cactus, Citroën ne veut faire plus jouer le jeu du toujours plus mais faire un peu moins en pariant que ce sera perçu comme
© D.R.

Les entreprises citées

L’automobile est morte, vive l’automobile ! Alors que le salon de Francfort vient d’ouvrir ses portes ce jeudi 12 septembre, on a plus que jamais envie de détourner cette proclamation royale. Dans les stands du grand show allemand, on aura vu de belles anglaises revenir magistralement sur le devant de la scène (1 700 emplois créés chez Land Rover et Jaguar), des Allemands se convertir massivement à l’électrique (BMW et Volkswagen), un Français briser le cercle du toujours plus pour faire un peu moins et sans doute beaucoup mieux (Citroën et sa Cactus) et des Japonais promettre l’avènement des voitures automatiques pour 2020 (Nissan notamment).

Indispensable voiture électrique

L’automobile est en train de se réinventer et cela se voit ! Deux tendances dominantes aiguillonnent ce mouvement : l’environnement et la sécurité. Ce sont ces deux exigences qui poussent les constructeurs à envisager autrement leurs objets automobiles. Les effets conjoints de la réglementation et de la hausse des prix des carburants les poussent à repenser leurs produits. Exemple avec la voiture électrique. Si tous les constructeurs s’y mettent, ce n’est pas parce que le marché a décollé (il reste désespérément faible) mais bien pour répondre aux exigences européennes en matière d’émissions de CO2. Sans véhicule zéro émission dans sa gamme, il sera impossible pour un constructeur de satisfaire aux exigences des 95 g de CO2 par km en 2020. Quant à la voiture automatique (sans conducteur), elle va s’imposer également comme un outil supplémentaire de lutte contre l’insécurité routière : les voitures seront programmées pour respecter les limitations (de plus en plus basse comme le prouve le projet de limiter la vitesse sur autoroute à 110 km/h) et dotées de tous les dispositifs de prévention des accidents.

Réenchanter l'automobile

Pour certains, ce futur automobile est un enfer. Sans doute y voient-ils une insupportable privation de liberté… Mais on peut aussi envisager autrement ces évolutions. Y voir un formidable défi technologique qui pourrait être le relais de croissance dont nos constructeurs ont tant besoin pour pérenniser leurs bases industrielles françaises. Y voir également une formidable opportunité de réenchanter l’automobile, aujourd’hui vécue dans nos pays industrialisés comme une contrainte (pollution, limitation, bouchon…). Se rassurer enfin en se répétant que l’automobile n’est pas en déclin mais qu’elle est en train de basculer de l’ère du "toujours plus" vers celle du "toujours mieux". Je ne sais pas pour vous mais moi (qui suis passionné d’automobile) j’achète !

Thibaut De Jaegher

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle