Automobile : ce que change la stratégie des soldes

En accordant des remises à tout-va, les constructeurs banalisent le produit automobile. Cet état de fait va les obliger à chercher la valeur ajoutée dans de nouveaux services associés.
Partager
Automobile : ce que change la stratégie des soldes

Combien valent encore les automobiles ? La question se pose alors que les constructeurs consentent des d’importants rabais sur leurs modèles. L’acte le plus marquant en la matière a sans doute été fait par Renault. Le constructeur a en effet décidé de vendre sa Twingo à prix cassé en la positionnant en dessous du prix des premières Logan. Elle est ainsi proposée à 6990 euros, ce qui représente une remise de 30 % par rapport à la facture initiale. Symbolique, l’annonce faite par Renault révèle au grand public une pratique courant dans les concessions. Pour soutenir les ventes, les constructeurs n’hésitent pas à vendre leur voiture à prix coutant. Deux exemples. Un Citroën C4 Picasso s’affiche à près de 30 000 euros en concession mais il se négocie toujours pour 2 000 à 10 000 euros de moins… En fait, les prix catalogue ne veulent plus dire grand-chose depuis longtemps dans le secteur automobile.
Une voiture ne vaut plus rien ?
Cette évolution ne serait pas très grave si les industriels avaient de la marge sous le pied. Ce n’est évidemment pas le cas. Aubaine pour le client, la stratégie des soldes développés par les industriels n'est pas sans risque pour les constructeurs. Certes, elle soutient les ventes dans les marchés matures mais, surtout, elle enracine dans la mémoire collective l'idée qu'une voiture ne vaut plus grand chose. Elle nie en fait toute la valeur ajoutée que les constructeurs réalisent sur leurs modèles dans leurs centres R&D et leurs usines. Le design du modèle, les innovations technologiques embarquées (ABS, ESP, climatisation, GPS…), la qualité des assemblages (qui rend l’habitacle silencieux), la frugalité du moteur (qui limite la facture de carburant)... tous ces services rendus ne vaudraient donc plus rien aux yeux du client. Pour Monsieur-tout-le-monde, ils seraient même un service minimum. Revenir sur cet état de fait sera difficile pour ne pas dire impossible. Même si certains constructeurs s’y essayent, comme Citroën avec sa gamme DS, en opérant une montée en gamme rapide.
Où est la valeur ajoutée ?
Mais cette quête du haut-de-gamme ne sera pas suffisante pour combler le manque à gagner. La stratégie des soldes va obliger les constructeurs à changer leur business-model. La valeur ajoutée n'est plus dans la voiture ? Ils devront aller la chercher ailleurs dans de nouveaux services. Cette mue, elle est déjà en partie entamée. Il ne faut pas oublier qu’avec le développement du crédit automobile, la finance est devenue une vraie source de revenus pour les constructeurs. Leurs banques internes se sont imposées comme de fortes contributrices aux bénéfices. Chez PSA, en 2010, 35 % du résultat opérationnel était imputable à PSA Finances. Quant à Renault, sa banque, RCI, générait 65 % de la marge.
Ne m'appelez plus jamais constructeur...
C’est donc un premier pas. Mais les industriels ne veulent pas en rester là. Plusieurs, notamment Peugeot, teste de nouvelles sources de chiffre d’affaires en proposant par exemple des offres de mobilité. Leur principe : le client n’achète plus la voiture, il s’y abonne et en change selon l’usage qu’il en fait. Chez la marque au Lion, on lui propose ainsi de rouler en électrique en ville, en berline s’il doit faire un long trajet ou en monospace s’il doit emmener sa famille en vacances. Projetons-nous un peu. Si, demain, la majorité des automobilistes adoptait cette solution, on ne pourrait plus parler de constructeurs d’automobile mais plutôt d’opérateurs de mobilité.

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

CHEF DE PROJET IT F/H

Safran - 22/11/2022 - CDI - Vélizy-Villacoublay

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

974 - ST PIERRE

Acquisition de véhicules de transport en commun de type minicars.

DATE DE REPONSE 13/01/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS