Automobile : A cinq pour séduire les constructeurs

Pour rester fournisseurs directs de l'automobile, cinq sous-traitants aux vocations complémentaires viennent d'investir 2millions de francs dans une structure commune chargée d'apporter des solutions "complètes" aux constructeurs.

Partager

Malgré sa petite taille - environ 13millions de francs de chiffre d'affaires -, Cergi travaille d'ores et déjà sur la maquette d'un véhicule Renault qui sera commercialisé dans cinq ans. S'il parvient à coopérer avec le constructeur dès la conception des nouveaux modèles, le bureau d'études parisien ne le doit pas seulement à sa capacité innovatrice, mais aussi aux moyens qu'il peut mobiliser. A travers Dynam, une société commune créée avec quatre autres PMI "complémentaires", Cergi représente 450salariés et 230millions de francs de chiffre d'affaires. Une taille rarement atteinte dans le secteur de la découpe-emboutissage. La création de Dynam est l'aboutissement d'une démarche entreprise en 1991 par Michel Billiard, P-DG de Sanacier, l'un de ses cinq actionnaires fondateurs. Soucieux de développer cette société, qui réalisait alors 25millions de chiffre d'affaires- afin qu'elle reste fournisseur direct de Renault-, Michel Billiard a mené en parallèle deux projets. Le premier consistait à renforcer l'entreprise en achetant Acmo, elle aussi spécialisée dans la découpe à façon. Objectif atteint: le chiffre d'affaires de Sanacier est passé à 55millions en 1993. La seconde démarche, qui a nécessité deux ans pour aboutir, était plus complexe. Elle visait à rassembler, au sein d'une société commune, plusieurs entreprises du secteur aux activités complémentaires. "Il s'agissait d'offrir aux donneurs d'ordres une solution complète intégrant la fabrication de pièces, mais aussi des prestations d'études et les opérations de traitement de surface", commente Michel Billiard.Encouragé dans son approche par le service achats de Renault, le dirigeant de Sanacier-Acmo a identifié une trentaine d'entreprises familiales susceptibles de s'intégrer dans une société commune. Pour répondre au profil recherché, elles devaient être indépendantes, en bonne santé et d'une taille comparable à Sanacier, tout en évoluant sur un créneau complémentaire. Autres conditions: être classée "A" par Renault et "soucieuse d'assurer son avenir en s'intégrant dans un projet collectif". Son dirigeant ne devait pas être un boulimique de pouvoir, mais au contraire accepter le principe d'en perdre une partie au profit du groupe.

Une importante synergie commerciale

Après plusieurs "tours de France", Michel Billiard est parvenu à sélectionner quatre entreprises complémentaires à la sienne: deux dans la découpe (Eurodec-Decorse et Guérin, spécialisée dans les grandes pièces en grandes séries, et Sim-Aimm, tournée vers les pièces en petites et moyennes séries); une dans le traitement de surface (Dubourg et Fils); un bureau d'études, Cergi. Pour concrétiser leur alliance, les dirigeants actionnaires des cinq sociétés ont créé fin 1992 Dynam, un holding au capital de 252000francs. "Un chiffre intéressant, car divisible quel que soit le nombre de partenaires, entre deux et dix, impliqués dans le regroupement." Après quelques mois de fonctionnement, qui ont servi à valider le montage et permis à chacun de mieux se connaître, les mêmes dirigeants actionnaires ont décidé, en octobre, de porter le capital social de la structure commune à 2millions de francs. Les sociétés avaient préalablement fait l'objet d'une évaluation par un expert indépendant mandaté à l'unanimité. Chaque dirigeant a ensuite apporté une part minoritaire de son entreprise au capital de Dynam dans le cadre d'un traité d'apport "décrivant précisément le cadre juridique de l'opération". Bien que le niveau des participations soit différent, les cinq actionnaires participent au conseil d'administration avec le même pouvoir, "car c'est la meilleure façon de garantir le bon fonctionnement de la structure commune".Grâce à la complémentarité des vocations, Dynam peut apporter des solutions clés en main aux donneurs d'ordres dans le domaine de la découpe-emboutissage. "Le regroupement crée une importante synergie commerciale", constatent déjà les cinq partenaires, qui exposaient sous une enseigne commune lors du dernier Midest.



Les partenaires

Sanacier-Acmo

(Feurs, dans la Loire): fabrication de petites pièces en grandes séries. 55millions de francs de chiffre d'affaires en 1993.

Eurodec-Decorse et Guérin

(Broglie, dans l'Eure): fabrication de grandes pièces en grandes séries. 75 millions de chiffre d'affaires en 1993.

Sim-Aimm

(Saumur, dans le Maine-et-Loire) : fabrication de pièces en petites et moyennes séries. 66 millions de chiffre d'affaires en 1993.

Dubourg et Fils

(Athis, dans l'Orne): traitement de surface. 21millions de chiffre d'affaires en 1993.

Cergi-Betas

(Noisy-le-Sec, dans les Yvelines) : bureau d'études, outillage. 13millions de chiffre d'affaires en 1993.



Les responsabilités de chacun

Si chaque dirigeant actionnaire de Dynam reste responsable de son entreprise, il doit aussi mettre en oeuvre une stratégie qui soit en accord avec celle de l'entité commune. Conseil d'administration et comité de pilotage, qui se réunit au moins une fois par trimestre, interviennent dans de nombreux domaines: administratif, commercial, technique, suivi de projets, achats, investissements industriels.

En parallèle aux responsabilités qu'ils assument dans leurs entreprises, chacun des dirigeants a en charge une fonction précise au sein de Dynam: le P-DG de Cergi est responsable de la recherche-développement, celui d'Eurodec des aspects industriels et des achats, celui de Sim-Aimm de la fonction commerciale. Michel Billiard anime la structure, assume les problèmes financiers et administratifs et veille "à ce que toutes les décisions importantes soient prises à l'unanimité".

USINE NOUVELLE N°2484

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS