Automobile : 109 millions de voitures produites en 2020

La production automobile mondiale devrait culminer à 109 millions de véhicules à l’horizon 2020, selon le cabinet de consulting PwC. L’essentiel de la croissance viendra de l’Asie du Sud-Est. La production européenne continue de se redresser.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Automobile : 109 millions de voitures produites en 2020

"Le marché mondial de l’automobile n’a jamais été aussi florissant et cela n’est pas prêt de s’arrêter !" affirme François Jaumain, associé responsable du secteur automobile chez PwC. Le cabinet de consulting présentait, ce mardi 16 septembre, son étude annuelle sur le secteur à quelques jours de l’ouverture du Mondial de l’Automobile à Paris. Le marché mondial devrait ainsi enregistrer une croissance de 4,1 % en moyenne chaque année jusqu’à 2020 pour atteindre 109 millions de véhicules assemblés.

La croissance mondiale restera dominée par les pays émergents (qui devraient représenter 86,5% de cette croissance) et notamment ceux d’Asie du Sud-Est (60,3 % à eux seuls). L’Europe et l’Amérique du Nord devraient représenter chacun d’entre eux 12 % de la croissance mondiale prévue. "La production européenne devrait atteindre 19 millions de véhicules en 2020, un niveau très légèrement supérieur à celui d’avant-crise en 2007 tandis que le niveau des ventes restera légèrement inférieur" confirme François Jaumain, qui signale que le marché européen a connu une période de recul de près de cinq ans, plus longue que les reculs dans les cycles précédents, d’ordinaire de l’ordre de trois ans. Le cabinet PwC anticipe pour la France une hausse de la production de 6,8 % à 1,9 millions d’unités entre 2013 et 2015.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

L’équivalent de dix usines en trop

Le taux d’utilisation des usines européennes va augmenter progressivement sur la période jusqu’à atteindre en moyenne 85 % à l’horizon 2020, grâce à la croissance du marché, la relocalisation de certaines productions et la fermeture de certains sites (Ford Southampton en 2013 ; PSA Aulnay en 2013 ; Ford Genk en 2014 et GM Bochum en 2015). "Cela laisse néanmoins un excès de capacité de près de 3 millions de voitures, soit l’équivalent de la capacité d’une dizaine d’usines" fait remarquer François Jaumain.

Josselin Chabert, analyste chez PwC Autofacts, souligne que le taux de charge des usines est certes un indicateur important (on estime qu’une usine est rentable aux alentours de 80 % de taux de remplissage), mais il ne faut pas oublier la politique de "pricing" des constructeurs, qui ont eu tendance à diminuer fortement leurs prix de vente avec des rabais excessifs. Cette politique a lourdement pesé sur leur rentabilité.

Les Européens gagnent du terrain en Chine

Côté constructeurs, le cabinet de consulting pronostique que l’allemand VW gardera à l’horizon 2020 la première place avec 12,9 millions de véhicules assemblées. GM (12,1 millions de véhicules) devrait être le numéro deux mondial devant Toyota (11 millions) sur le reculoir, qui ne devancerait Renault-Nissan (10,9 millions en comptant Avtovaz) que de 100 000 véhicules. "Toyota souffre du climat morose du marché au Japon, et du conflit politique avec la Chine, un marché sur lequel ses ventes ont beaucoup diminué" indique Josselin Chabert.

Aucun groupe chinois ne devrait émerger dans le Top 10 des constructeurs à l’horizon 2020. "Le gouvernement chinois pourrait être tenté de vouloir consolider les quelque 40 constructeurs locaux pour peser davantage, juge le consultant. Pour l’instant, ce n’est pas le cas, les autorités sont plus focalisées sur la captation de la valeur là où est la consommation. Pour l’instant, ce sont les Européens qui profitent de l’essor du marché chinois, et prennent des parts de marché aux constructeurs locaux." Les marques européennes sont ainsi passé de 16,7 % de parts de marché en 2009 à 21, 9 % en 2012, et même 25, 1 % sur les six premiers mois de l’année 2014.

Patrick Déniel

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS