Autodesk lance le PLM à prix bradé

Avis de tempête sur le marché du logiciel de gestion du cycle de vie des produits (PLM). Après avoir laissé Siemens, Dassault Systèmes, SAP et autres PTC essuyer les plâtres avec ces applications réputées pour leur complexité, l’éditeur américain annonce une offre quasi gratuite qui bouleversera le marché.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Autodesk lance le PLM à prix bradé

Autodesk a décidé de se tailler une part du gâteau PLM. Estimé par le cabinet américain CIMdata à plus de vingt-cinq milliards d'euros en 2011 au monde, ce marché connaît une croissance à deux chiffres. "Notre enquête auprès de 300 utilisateurs a mis en lumière les principaux reproches faites aux solutions qui existent sur le marché", explique Christian Domange, responsable Europe du sud de la division Solutions Manufacturing d'Autodesk.

Coûts prohibitifs, retour sur investissement incertain, changement des processus de l'entreprise, applications souvent limitées à la gestion des données techniques… les griefs des utilisateurs ont guidé Autodesk dans la mise au point de cette solution d'une nouvelle race qui ouvre à tous les portes du PLM.

"Cette offre comporte tous les applicatifs du modèle PLM, dont bien sûr notre logiciel de gestion des données techniques Vault, et fonctionne sur le cloud maison", explique le spécialiste. "Pour assurer la sécurité, certaines informations stratégiques, comme celles concernant la CAO, la conception assistée par ordinateur, resteront dans l'entreprise, tandis que les autres seront accessibles à la demande via le réseau."

Applications préinstallées, configuration simplifiée, accessibilité, mobilité… tout a été fait pour séduire les entreprises, surtout les PME qui n'auront à payer ni la licence, ni le matériel.

"En général pour une application PLM avec 200 utilisateurs il faut compter 1,1 million d'euros pour la licence, 750 000 euros pour le matériel et 2,2 millions d'euros pour le service", calcule Christian Domange. "Auxquels il faut ajouter 360 000 euros pour la maintenance. A comparer avec notre offre pour laquelle le même utilisateur n'aura à payer que les 375 000 euros pour le service, assuré par les distributeurs de nos logiciels, et pour la maintenance."

Comment Autodesk compte-t-il gagner sa vie avec une offre plus de vingt fois moins chère ? En ciblant les grands comptes, mais surtout les PME. "Encore très faiblement équipées, les PME, sont de plus en plus intéressées par le PLM, affirme le responsable d'Autodesk. Nous comptons donc signer de nombreux contrats." En betatest depuis plusieurs mois dans plusieurs entreprises, le logiciel sera commercialisé mars 2012…

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS