Audrey Bourolleau, une lobbyiste du vin conseillère à l’Elysée

Passée par Baron Philippe de Rothschild et Heineken, la déléguée générale de "Vin et société", Audrey Bourolleau, devient la conseillère agriculture d’Emmanuel Macron. Avec une vision complémentaire de celle du ministre Jacques Mézard.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Audrey Bourolleau, une lobbyiste du vin conseillère à l’Elysée
Audrey Bourolleau, nouvelle conseillère agricole à l'Elysée AFP PHOTO / POOL / LUDOVIC MARIN

A 37 ans, Audrey Bourolleau fait son entrée à l’Elysée. Après avoir sillonné les campagnes françaises aux côtés d’Emmanuel Macron, dont elle avait élaboré le programme agricole, cette spécialiste du secteur du vin vient d’être récompensée en étant nommée "conseillère agriculture, pêche, forêt et développement rural" auprès du président de la République.

Diplômée de l’ESC de La Rochelle, elle avait exercé durant deux ans chez Bic, avant de rejoindre les directions marketing et commerciales des distributeurs d’alcool Baron Philippe de Rothschild puis France Boissons (groupe Heineken), puis, côté producteurs, la direction du syndicat de l’Union des Côtes de Bordeaux.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Elle a "magistralement remobilisé les acteurs du vin français"

En 2012, elle était devenue déléguée générale de "Vin et société", pour conduire les actions sociétales, scientifiques et politiques de l’organisme chargé de défendre les intérêts de la filière viticole française (production, négoce et interprofessions). Aux yeux de la Revue du Vin de France (RVF), qui l'avait élue Femme de l'Année 2014, cette lobbyiste a "magistralement remobilisé les acteurs du vin français, alors dans le collimateur des autorités sanitaires", en incitant la filière à "produire des études scientifiques et des enquêtes sociologiques sur le vin, sa culture, son poids économique plutôt que de rester sur la défensive face aux attaques du lobby sanitaire".

Des campagnes de communication à l’allègement de la loi Evin

En cinq ans, elle "a complétement dépoussiéré cette association avec des initiatives pêchues et modernes, décrit notre confrère LSA. Comme le Vinocamp, un événement communautaire itinérant né en 2010 qui réunit des passionnés et des professionnels du vin autour de débats sur des sujets d’actualité liés au vin, à la communication, au commerce, au web et à l’innovation. Ou le programme court "1 minute, 1 vignoble" diffusé ce printemps sur France 2. Ce mini-format a permis de montrer des vignobles à une heure de grande écoute, ce qui est inédit en France." Audrey Bourolleau avait d'ailleurs contribué, à l’occasion de la loi Santé en 2015, à faire alléger la loi Evin qui encadre la publicité sur les boissons alcoolisées en France depuis 1991.

Allier connaissance des mondes de la viticulture et de l’entreprise

Qu’apportera-t-elle à Emmanuel Macron ? Une génération, un parcours et une vision du secteur agricole très différents de ceux du ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Jacques Mézard, sénateur du Cantal de 69 ans, sans doute plus expérimenté dans l'élevage ou l'agriculture laitière et céréalière. A travers son expertise du secteur vinicole, cette petite-fille d'agriculteurs connaît les mondes de l'agriculture et de l'entreprise, et la vision d’un secteur dynamique et ouvert sur l’international car deuxième excédent commercial de la France (en incluant les spiritueux) derrière l’aéronautique. Audrey Bourolleau, pourra-t-elle éviter de battre le fer avec la nouvelle ministre de la Santé, Agnès Buzyn, précédemment présidente de l’Institut national du cancer ?

Partager

NEWSLETTER Agroalimentaire
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS