Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Audi visé aux Etats-Unis et le président du groupe Volkswagen en Allemagne

,

Publié le , mis à jour le 07/11/2016 À 08H19

Le parquet allemand a étendu son enquête en cours sur des soupçons de manipulation de cours afin d'y inclure le président du conseil de surveillance du groupe, Hans Dieter Pötsch, a annoncé Volkswagen dimanche. En parallèle, les autorités américaines ont découvert un nouveau logiciel réduisant les taux de CO2 sur des modèles d'Audi.

L'enquête sur les soupçons de manipulation des tests anti-pollution sur les véhicules Volkswagen a été étendue au président du conseil de surveillance du groupe, Hans Dieter Pötsch, a annoncé Volkswagen dimanche. Cette procédure, qui porte sur la période durant laquelle Hans Dieter Pötsch était directeur financier du groupe, constitue le dernier épisode en date de l'affaire qui a éclaté en septembre 2015 avec l'aveu par le premier constructeur européen de la présence sur plus de 11 millions de véhicules dans le monde d'un dispositif de trucage des tests anti-pollution.

Han Dieter Pötsch est accusé de ne pas avoir prévenu suffisamment rapidement les actionnaires des risques financiers encourus en raison de ce scandale qui s'élève déjà à plus de 14 milliards de dollars aux Etats-Unis en raison de l'accord amiable passé par le groupe.

Le parquet de Brunswick avait annoncé en juin l'ouverture de son enquête, qui visait initialement l'ex-président du directoire Martin Winterkorn et le directeur de la marque Volkswagen, Herbert Diess, pour des soupçons de manipulation de cours liés au scandale.

Il avait alors expliqué que ses investigations visaient à déterminer si Volkswagen avait manqué à ses obligations d'information des investisseurs sur les risques financiers liés à la présence sur certains modèles d'un logiciel visant à fausser les résultats des mesures d'émissions polluantes en ne rendant publique aucune information sur le sujet avant le 22 septembre 2015.

"Sur la base des investigations approfondies d'experts juridiques internes et externes, la société réaffirme être convaincue que la direction de Volkswagen a respecté ses obligations d'information des marchés de capitaux", a déclaré Volkswagen dimanche.

Un second système détecté sur des modèles Audi

Par ailleurs, le quotidien allemand Bild am Sonntag rapporte que les autorités américaines ont découvert sur certains modèles d'Audi, une marque du groupe allemand, un logiciel qui réduisait leurs émissions de dioxyde de carbone lorsqu'il détectait que le véhicule était utilisé dans des conditions de test.

Grâce à ce logiciel, certains véhicules Audi détectaient automatiquement, en fonction de l’inclinaison du volant, s’ils roulent sur la route ou un banc d’essai à rouleau, lorsque des contrôles sont effectués sur les gaz d'échappement. Le système mis en place réduit artificiellement le niveau d’émission de CO2 lorsqu’il détecte que des contrôles sont effectués. Alors que le scandale a été révélé au grand jour en septembre 2015, ce second système aurait perduré jusqu’en mai 2016.

Avec Reuters

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle