Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Au terme d'une rude sélection, Amazon choisit New York et la Virginie pour ses nouveaux sites

, , ,

Publié le , mis à jour le 14/11/2018 À 07H26

Les villes nord-américaines se l'arrachaient à coup d'incitations économiques : le HQ2, futur deuxième siège d'Amazon. Le géant du numérique a annoncé non pas un mais deux nouveaux site, à New York et dans l'État de Virginie, près de la capitale des États-Unis. Chaque site devrait accueillir jusqu'à 25 000 personnes. Une campagne ambitieuse de recrutement pour tenter de prendre l'ascendant sur les autres géants du numérique de la Silicon Valley.

Au terme d'une rude sélection, Amazon choisit New York et la Virginie pour ses nouveaux sites
Amazon a annoncé non pas un mais deux nouveaux site, à New York et dans l'État de Virginie, près de la capitale des États-Unis.
© Juliette Raynal

Aux États-Unis, Amazon a annoncé le mardi 13 novembre qu'il allait se doter de nouveaux bureaux pouvant accueillir jusqu'à 25 000 personnes à New York et dans l'État de Virginie, près de Washington DC. Le géant du numérique met ainsi fin à sa recherche d'un deuxième siège qui a suscité la convoitise de nombreuses villes nord-américaines.

Troisième plus grande entreprise au monde par la capitalisation boursière derrière Apple et Microsoft, Amazon prévoit d'investir 5 milliards de dollars (4,43 milliards d'euros) dans ces deux sites et d'obtenir plus de 2 milliards de dollars d'allègements fiscaux et de mesures incitatives.

Nashville, dans le Tennessee, va en outre accueillir la nouvelle plate-forme opérationnelle d'Amazon pour la côte Est des États-Unis, ce qui devrait entraîner la création de 5000 emplois.

Prendre l'ascendant sur le recrutement

En renforçant sa présence à New York, dans le quartier du Queens, et près de la capitale fédérale, à Arlington, soit les coeurs des pouvoirs économiques et politiques aux États-Unis, Amazon cherche à prendre l'ascendant sur les autres grands noms de la Silicon Valley, en Californie, en termes de recrutements. Les embauches débuteront en 2019.

"Ces deux lieux nous permettront d'attirer des talents de classe mondiale qui nous aideront à innover pour nos clients dans les années à venir", a dit Jeff Bezos, fondateur et PDG d'Amazon et homme le plus riche du monde.

Amazon a reçu plus de 200 propositions de villes d'Amérique du Nord désireuses d'accueillir son nouveau siège en plus de celui de Seattle situé dans l'l'État de Washington, au Nord-Ouest du pays.

Incitations économiques

Les candidates ont rivalisé de promesses d'allègements fiscaux et de mesures incitatives pour tenter d'obtenir le "HQ2" d'Amazon et on ignore comment les négociations se sont déroulées après l'annonce du groupe américain qu'il choisirait finalement deux nouveaux sites.

"Les incitations économiques ont été l'un des facteurs de notre décision mais la motivation principale a été d'attirer les meilleurs talents", a souligné le géant du commerce en ligne, qui ne cesse de diversifier ses activités comme dans l'informatique dématérialisée, la vidéo ou encore les objets connectés.

45 000 employés sur le site de Seattle

Amazon prévoyait initialement d'investir plus de 5 milliards de dollars et d'accueillir jusqu'à 50 000 employés sur un seul nouveau site.

Il a expliqué que son choix de s'implanter sur deux sites différents lui apporterait une plus grande diversité dans ses recrutements et limiterait les problèmes liés à l'arrivée de dizaines de milliers de personnes dans un lieu unique, tels que les difficultés de déplacements ou la hausse du coût de la vie.

Amazon a déjà été confronté à des problèmes identiques à Seattle, où il emploie plus de 45 000 personnes. Son expansion a généré une crise du logement en raison de la hausse des prix immobiliers, à laquelle la municipalité de Seattle a tenté de répondre en votant en mai une taxe basée sur les effectifs des entreprises, un projet qu'Amazon a contribué à torpiller lors d'un nouveau vote.

Avec Reuters (Avec Arjun Panchadar et Supantha Mukherjee à Bangalore; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Catherine Mallebay-Vacqueur)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle