Transports

Au SIFER, quatre innovations au service du ferroviaire

Olivier Cognasse

Publié le

Le 11ème salon international de l’industrie ferroviaire (SIFER) qui se tenait du 26 au 28 mars à Lille était l’occasion de découvrir des nouveautés dédiées au secteur du ferroviaire. Voici quatre innovations marquantes.

Au SIFER, quatre innovations au service du ferroviaire
Le chariot CM4 pour mesurer l'usure des caténaires.
© O2game

Une plate-forme pour les professionnels du secteur

StationOne, la plateforme en ligne autonome d’Alstom dédiée au secteur ferroviaire, avait été présentée à Innotrans, en septembre 2018. Elle est officiellement ouverte depuis quelques jours et regroupe des fabricants de pièces et de composants issus du marché international et propres aux différentes industries du secteur, à savoir les trains, les infrastructures, les gares,… Non seulement la plate-forme propose tous types de pièces (roues, roulements, moteurs, suspensions, câbles, vis, caméras, …), mais aussi les différents  services inhérents à la maintenance ou la rénovation, à savoir l'installation, la réparation, la formation, voire des conseils techniques. Et Alstom assure que StationOne est "une entité légale entièrement indépendante qui fonctionne comme un environnement dédié et distinct". L’avenir nous le dira…

Une solution pour surveiller les caténaires

"Nous sommes partis, il y a huit ans, sur un projet avec l’IRT Railenium et SNCF Réseau dans le but de faire rouler un train à 120 km/h et de mesurer et d’analyser l’usure des caténaires", explique Damien Delhay, chef de projet en vision industrielle chez O2game, l’une des deux entreprises qui ont participé à ce projet. L’autre étant la société Laumonier. Ce projet collaboratif a donc pour but d’éviter les ruptures de caténaires qui provoquent des interruptions de service. Or, il faut en surveiller 15 000 km. Les solutions de maintenance des caténaires mesurent généralement l’épaisseur des fils. Mais elles ne permettent pas d’avoir une information totalement fiable, car elles ne mesurent qu’une seule dimension, ce qui provoque 20% d’erreurs. 

CM4, la solution proposée par O2Game et Laumonier en partenariat avec SNCF Réseau reconstitue le profil complet de la caténaire via une tête de mesure au plus près de la caténaire. Basée sur la profilométrie, une ligne laser est émise sur le fil, puis récupérée par un capteur optique. Ce capteur peut acquérir plus de 200 profils par seconde. Les données sont envoyées à un calculateur qui établit le profil de la caténaire pour détecter l’usure. Un chariot commandé par la SNCF pour l’étalonnage est en cours de certification. Les futurs modèles contrôleront l’usure de la caténaire.

Des connecteurs circulaires modulaires

Elément essentiel pour relier des câbles sur les bogies, le toit, les systèmes de portes,…les connecteurs circulaires sont largement utilisés par les constructeurs de trains. "Sur un train, il y a des centaines de connecteurs", rappelle Alain Schaller, directeur des ventes chez IIT Veam & Cannon, entreprise américaine implantée avec deux usines en Europe, -une en Allemagne et une en Italie, près de Milan pour le ferroviaire, secteur où le groupe est présent depuis 60 ans. Ces connecteurs permettent donc de transporter l’énergie, Ethernet, un signal, d’alimenter des boîtiers de contrôle. Jusqu’ici, quand on voulait changer de configuration, il fallait changer de connecteur. ITT a donc développé Move modular series, un connecteur modulaire qui utilise un ensemble de modules enfichables pour multiplier les configurations.

L’impression 3D pour les pièces de rechange

Le ferroviaire se met à l’impression 3D, une solution pour produire beaucoup plus vite des pièces de rechange et réduire considérablement les stocks. Pour preuve, la société américaine Stratasys propose des machines d’impression 3D pour les prototypes ou les pièces de rechange en plastique, notamment les équipements intérieurs. Siemens Mobility a récemment ouvert une plate-forme digitale de maintenance ferroviaire avec la technologie de Stratasys. "Nous avons développé un accoudoir pour conducteur pour Siemens qui est en production de la fin de l’année dernière, précise Joana Mayeur de Medina, directrice des comptes stratégique pour la France et l’Espagne chez Stratasys. Mais nous sommes en discussions avec tout le monde. Nous vendons les machines, les matériaux et du consulting."

Olivier Cognasse, à Lille 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte