L'Usine Aéro

Au salon de Farnborough, la Russie fait profil bas

, , , ,

Publié le , mis à jour le 15/07/2014 À 14H22

Le doute s'installe quant à la participation de la Russie au Farnborough Air Show, le plus grand salon aéronautique de l'année, après que le vice-Premier ministre russe a appelé ses délégués à rentrer chez eux.

Au salon de Farnborough, la Russie fait profil bas

Sommaire du dossier

Contrairement aux années précédentes où les démonstrations des chasseurs russes figuraient parmi les grandes attractions du salon, Moscou ne présente aucun matériel militaire cette année au salon aéronautique de Farnborough (Royaume-Uni), dans le climat actuel de tensions diplomatiques avec l'Occident autour de la crise ukrainienne.

Le Royaume-Uni a snobé la Russie la semaine dernière en n'invitant aucun représentant du gouvernement russe au salon. Les organisateurs ont également fait savoir que plus de 100 délégués russes n'avaient pas pu obtenir de visa pour se rendre à Farnborough.

"Étant donné ce qui s'est passé en Ukraine, l'idée était d'éviter une situation qui ferait penser que c'est 'business as usual' avec la Russie", rapporte une source occidentale ayant connaissance de l'organisation du salon.

La Russie ne présente que deux appareils civils - deux avions de ligne Sukhoï Superjet - au salon et son vice-Premier ministre a recommandé à ses délégués de rentrer chez eux.

"Je recommande à notre délégation de renoncer à participer au salon et de rentrer", a écrit Dmitri Rogozine sur Twitter.

Le directeur général de United Aircraft Corporation, la société publique qui contrôle Sukhoï, a déclaré que la politique ne devait pas interférer dans les affaires.

"Les affaires doivent se placer au-dessus de la politique. Vous pouvez avoir des désaccords politiques mais (...) il faudrait laisser les affaires en dehors", a déclaré Mikhaïl Pogossian à Reuters.

L'agence russe d'exportations d'armes a l'intention de maintenir ses ventes au même niveau que l'an dernier, soit environ 13 milliards de dollars au total, rapporte la presse.

Mais dans le cadre de la crise en Ukraine, l'Union européenne a ajouté la semaine dernière 11 nouveaux noms à la liste des personnes visées par les sanctions, en plus des 61 déjà touchées en Russie et en Ukraine.

En Ukraine, Le ministre ukrainien de la Défense a affirmé le 14 juillet qu'un avion de transport militaire avait été abattu par une roquette "probablement" tirée de Russie.

La Russie, qui est confrontée à des signes de plus en plus évidents que son économie souffre des sanctions américaines et européennes, dément tout soutien au mouvement de rébellion qui a débuté en avril après l'annexion de la Crimée.

(avec Reuters)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte