Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Au salon de Detroit, l'industrie automobile tournée vers les déclarations de Donald Trump

Julie Thoin-Bousquié , , , ,

Publié le

Le salon de Detroit s'est ouvert ce lundi alors que les constructeurs essuient les critiques du futur président américain, Donald Trump, qui menace d'augmenter les droits de douane entre les Etats-Unis et le Mexique si les marques ne produisent pas sur le sol américain.

Au salon de Detroit, l'industrie automobile tournée vers les déclarations de Donald Trump
Les constructeurs multiplient les annonces après les critiques violentes de Donald Trump.
© Getty Images - Benjamin Krain - c.c

On ne l’y attendait pas. Mais avec sa série de tweets enflammés dirigés contre plusieurs constructeurs, Donald Trump semble bien s’être virtuellement invité au North American international auto show (NAIAS), le salon de Detroit, qui a ouvert ses portes lundi 9 janvier. Certaines marques ont profité de l’événement pour assurer celui qui sera intronisé 45e président des Etats-Unis le 20 janvier de leur patriotisme économique. Retour sur la fronde menée par Donald Trump à l’encontre des acteurs de l’automobile.

Episode 1 : Donald Trump lance les hostilités

C’est un constructeur américain qui essuie les premières critiques. Dans un violent tweet, Donald Trump s’en prend le 3 janvier à General Motors, qu’il accuse d’envoyer "ses Chevy Cruze produits au Mexique dans des concessions américaines sans payer de droits de douane". "Fabriquez-les aux Etats-Unis où vous payerez une lourde taxe à la frontière!" s’emporte l’homme d’affaires.

Dans la foulée, il retweete un article de Fox News sur le choix de Ford de renoncer à une usine d’assemblage au Mexique au profit d’un investissement dans le Michigan. La décision est avant tout motivée par la faible demande en véhicules de petite ou moyenne taille, expliquent les responsables de la marque. Mais ils en profitent pour dire tout le bien qu’ils pensent du futur président américain. "Un des facteurs [justifiant la décision, ndlr] que nous prenons en compte est l’environnement industriel plus positif sous le gouvernement Trump aux Etats-Unis, ainsi que certaines politiques en faveur de la croissance qu’il a annoncé vouloir mettre en œuvre" indique le PDG de Ford, Mark Fields. "Ceci est donc un vote de confiance" défend-il auprès de Fox News.

Le commentaire ne suffit pas à calmer les ardeurs de Donald Trump. Deux jours plus tard, c’est à Toyota de subir les foudres du milliardaire. "Toyota annonce vouloir construire une nouvelle usine à Baja, au Mexique, pour produire ses Corolla destinées au marché américain. HORS DE QUESTION! Faites une usine aux Etats-Unis, ou vous payerez une lourde taxe frontalière", fulmine Donald Trump.

 

Episode 2: les constructeurs multiplient les annonces

 
Une pluie de critiques dont les constructeurs prennent acte. Dans un communiqué publié dans la foulée des tweets de Donald Trump, General Motors a rappelé que toutes les berlines Chevrolet Cruze vendues aux Etats-Unis étaient fabriquées dans son usine de Lordstown dans l'Ohio. Sur les 190 000 véhicules vendus en 2016, GM affirme n’en avoir produit que 4 500 modèles à cinq-portes au Mexique, les 185 500 voitures restantes ayant été assemblées dans l’Ohio.

A la veille de l’ouverture du salon de Detroit, certains constructeurs ont carrément décidé de prendre les devants. Fiat Chrysler a annoncé le 8 janvier vouloir investir un milliard de dollars jusqu'en 2020 pour moderniser deux usines dans le Michigan et l’Ohio… et créer environ 2 000 "emplois américains". "Fiat Chrysler apporte une nouvelle démonstration de son engagement à renforcer sa base manufacturière aux Etats-Unis" ajoute le groupe dans un communiqué limpide adressé du futur président Trump.

Message reçu. Dans un (nouveau) tweet, Donald Trump s’est félicité des annonces des constructeurs. "Enfin! Fiat Chrysler annonce son intention d’investir UN MILLIARD de dollars dans ses usines du Michigan et de l’Ohio, ce qui va créer 2000 emplois. La semaine dernière, Ford a annoncé qu’il allait étendre son activité dans le Michigan et les Etats-Unis plutôt que de construire une usine à UN MILLIARD de dollars au Mexique. Merci Ford et Fiat!"

Fin de l’histoire?

Les engagements de Ford et Fiat-Chrysler ont-ils suffi à convaincre Donald Trump de ne pas revenir sur l’Alena, l’accord de libre-échange entre les Etats-Unis, le Canada et le Mexique, qui permet de vendre un véhicule sur le territoire américain sans aucune taxe d’importation si 65% de ses pièces sont nord-américaines? La question reste entière. Mais certains experts s’inquiètent des conséquences de la mise en place d’une taxe à 35% sur toutes les voitures produites au Mexique, comme l’envisage Donald Trump.

"Cela risque de désorganiser leur logistique et chaînes d’approvisionnement et augmenter leurs coûts de fabrication et au final le prix des voitures", considère ainsi Alan Deardoff, spécialiste des questions commerciales à l’université du Michigan, dans les colonnes de La Croix. En étant obligés de "revoir toute leur stratégie mexicaine", General Motors et consorts pourraient perdre en compétitivité, juge de son côté Matt DeLorenzo, analyste chez Kelley Blue Book.

Les constructeurs se veulent pourtant rassurants. "Nous sommes pragmatiques, nous nous adapterons à n’importe quelle situation, à la condition que ce soit la même règle pour tous" certifiait ainsi le 6 janvier Carlos Ghosn, PDG de Renault-Nissan. Le groupe est en première ligne puisqu’un quart des Nissan vendus aux Etats-Unis sont produits au Mexique, en collaboration avec Renault, rappelle Le Monde.

"Je ne suis pas inquiet sur le moyen terme, tant les relations Etats-Unis-Mexique dans l’automobile et la chaîne de valeur sont totalement interconnectées", affirme de son côté le patron d’un important fournisseur de l’automobile auprès de Challenges. Et même dans le cas où les droits de douane passeraient à 35%, "le Mexique resterait ultra compétitif" à ses yeux. Surtout que Donald Trump envisage de baisser le taux d’imposition des sociétés à 15%...

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle