Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Au rayon maquillage aussi, le vegan trouve sa place

Coralie Lemke

Publié le

Dans le sillage des marques américaines, des cosmétiques vegan français commencent à émerger sur le marché du maquillage. Ces marques s'engagent à ne pas utiliser d'ingrédients d'origine animale ni à tester leurs produits sur les animaux.

Au rayon maquillage aussi, le vegan trouve sa place
Les cosmétiques traditionnels sont encore bien souvent testés sur les animaux.
© PIXABAY

Nourriture, vêtements, produits d’hygiène, les rayons qui proposent des produits soucieux du bien-être animal sont de plus en plus nombreux. Côté cosmétiques, plusieurs marques de savon pour le corps ou de shampoing ont déjà pris ce tournant. Une tendance qui se propage dans le secteur du maquillage. Concrètement, cela signifie qu’à la différence des marques cruelty-free, en plus de ne pas être testés sur les animaux, les produits ne contiennent pas non plus de matière animale.

Les marques commencent à se passer de certains ingrédients, comme la cire d’abeilles ou la lanoline, une graisse présente dans les poils de moutons, toutes deux utilisées pour leurs propriétés hydratantes. D’autres, comme le collagène, issu des cornes, des os et des tissus conjonctifs des animaux donnent un effet repulpant aux gloss. Les cochenilles, elles, sont des insectes utilisés pour produire la couleur rouge.

De nombreux ingrédients à remplacer

A côté des géants américains comme Kat von D, Avril, Too Faced et Urban Decay, des marques françaises commencent à émerger, à l’image de Bo-ho Green, qui vient de mettre sur le marché un mascara vegan, en plus d’une gamme déjà très complète. Le fabricant de cosmétiques basé à Lyon s’est fixé pour but de "chasser, pourcentage après pourcentage, les actifs chimiques de ses produits" explique la marque. Avec des ingrédients bio-sourcés, près de 100 sur 140 sont certifiés vegan. A la place des composants d’origine animale, Bo-ho utilise des composants "issus de ressources renouvelables : huiles végétales, cires et extraits végétaux, abricots, olives, beurre de karité, maïs." Le tout, non testé sur les animaux mais sur de la peau artificielle. Et Bo-Ho Green n'est pas la seule marque française à se lancer sur le créneau. Lamazuna, Zao, et Pachamamaï se font aussi une place sur le marché.

Les tests déjà interdits... théoriquement

Cette précision ne devrait théoriquement plus être faite. Depuis 2013, la vente de cosmétiques testés sur les animaux est interdite en Europe. En 2016, la Cour de justice de l’Union européenne a décidé de mettre un terme aux tests sur les animaux, interdisant également la vente de produits importés. Pourtant, l’association PETA, qui milite pour la défense des animaux, affirme que plus de 250 marques ne respectent pas cette législation selon une étude publiée en 2016. D’autant que cette nouvelle loi ne s’applique pas aux composants utilisés dans les cosmétiques, comme les solvants ou les polymères.

Bonne nouvelle, l’association PETA estime que près de 1900 marques de cosmétiques dans le monde ont déjà abandonné les tests sur les animaux. Trois labels principaux existent déjà. "Cruelty free and vegan" de la PETA, le label "Vegan" de la Vegan society et le label "Once voice" de l’association du même nom.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle