"Au Medef, on a compris la faiblesse de Hollande", déplore le secrétaire général de la CGT

Ce 28 février, les partenaires sociaux - syndicats de travailleurs et représentants patronaux - se retrouvent pour discuter du pacte de responsabilité des entreprises. La CGT, comme FO, estime que les baisses de charges annoncées par le Président relèvent d’un "cadeau au patronat".

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

A la veille de l'entame des discussions entre les partenaires sociaux autour du pacte de responsabilité ce 28 février, le secrétaire général de la CGT Thierry Lepaon n'y est pas allé de main morte pour critiquer la nouvelle mesure phare de l'exécutif pour relancer l'emploi en France.

"Ce pacte est un engagement entre le président de la République et Pierre Gattaz (le président du Medef, ndlr). Je dis bien Pierre Gattaz et pas le Medef, car c'est entre eux deux qu'a été conclue cette entente pour une diminution de 30 milliards des cotisations sociales. Elle n'a pas été débattue en Conseil des ministres ou à l'Assemblée nationale", a-t-il déploré dans une interview au Figaro publiée le 27 février au soir.

Pour donner le ton de ses échanges du jour avec les représentants patronaux, Thierry Lepaon martèle : "Au Medef, on a compris la faiblesse de Hollande, et les entreprises en profitent pour en réclamer toujours plus".

"On nous dit que les marges des entreprises sont au plus bas depuis trente ans. Moi, je vous dis qu'elles n'ont jamais été aussi hautes dans la finance (...) Regardons aussi ce que coûte le capital !", exige-t-il.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS