Au Maroc, Siemens investit 100 millions d’euros dans une usine de pales d’éoliennes à Tanger

Le groupe allemand qui a emporté en consortium avec Nareva et Enel un important contrat éolien de 850W vient de confirmer l'implantation d'une usine de pales au Maroc. Elle devrait opérer dès 2017 avec 700 emplois à la clé. Et en vue d’autres marchés africains. 

Partager
Au Maroc, Siemens investit 100 millions d’euros dans une usine de pales d’éoliennes à Tanger

Bon vent pour le Maroc.

Le groupe Siemens a officialisé ce jeudi 10 mars la construction prochaine d’une usine de pales d’éoliennes à Tanger.

"Siemens et le gouvernement marocain ont conclu un important accord. Siemens va construire une usine au Maroc pour produire des pales d’éoliennes qui créera 700 emplois et triplera la présence de Siemens dans le pays", indique un communiqué du groupe daté du 10 mars.

Ce projet fait suite au résultat fin 2015 d’un important appel d’offres public pour la construction de plusieurs parcs éoliens au Maroc totalisant 850MW.

Le contrat avait été emporté par un consortium comprenant le groupe énergétique Nareva, lié au holding privé de la famille royale (SNI), l'italien Enel et Siemens qui fournira les aérogénérateurs et les pales.

Au Maroc, les parcs que va équiper Siemens opéreront selon un schéma BOT, le développeur vendra l'électricité à prix fixe à l’office de l’électricité ONEE.

Dans les critères de choix de l'appel d'offres (pour lequel les français Edf, Alstom ou Engie étaient aussi candidats), les pouvoirs publics avaient imposé l'obligation d'une forte composante de production locale, ce qui explique aussi la décision d'investissement de Siemens.

Le projet reparti sur 5 sites dans le pays portera au total sur 350 à 400 éoliennes, selon la puissance des aérogénérateurs choisis, et donc trois fois plus de pales, soit autour de 1 000 unités à produire au total pour ce seul marché.

Le site Siemens sera situé sur la zone franche dite Tanger Automotive City à 25 km au sud-est de Tanger et située à proximité immédiate du complexe Renault de Melloussa. Ce qui sera la première usine marocaine du géant allemand s’étendra sur 37 500 m2 où seront déployées les technologies composites nécessaires à la fabrication des pales d'une cinquantaine de mètre chacune.

Sa localisation permet un accès autoroutier rapide au port de Tanger Med

La construction du site débutera dès ce début 2016, selon Siemens et doit entrer en production au printemps 2017, précise le groupe allemand qui envisage d'ores et déjà de l'utiliser comme base pour l'export.

Les 5 parcs éoliens de l'appel d'offre sont situés Tiskrad (300 MW),  Jbel Lahdid (200 MW), Midelt (150 MW), Tanger (100 MW) et Boujdour (100 MW). L’investissement total est estimé à plus de 1 milliard d'euros.

"Nous investissons là où nous voyons de forte opportunités d'affaires, indique dans le communiqué Markus Tacke, PDG de Siemens Wind Power and Renewables. Le Maroc est une parfaite localisation pour desservir le marché en croissance de l'éolien onshore en Afrique au Moyen-Orient et en Europe".

Pour rappel, le Maroc a annoncé lors de la COP21 vouloir atteindre une capacité de production électrique d’origine renouvelable de 52% d’ici à 2030, soit environ 5GW au total via l'hydraulique, le solaire, notamment les projets dits Noor à Ourzazate et donc l'éolien.

La capacité électrique "verte" du pays représente de l'ordre d'un tiers de sa capacité totale qui s'élève à environ 8GW.

Le royaume compte plusieurs parcs éoliens dont le plus grand est celui de Tarfaya (301MW) dans le sud du pays exploité par Nareva et Engie et équipé par Siemens de 131 turbines de 2,3 MW chacune.

Le parc éolien actuel est de l'ordre de 1GW mais l'essentiel de la production électrique du royaume est assuré par le charbon, notamment la centrale géante Taqa Morocco qui produit à elle seule 40% de l'électricité du pays.

Le projet géant de 850 MW portera sur 350 à 400 éoliennes, selon la puissance des machines choisies, et donc trois fois plus de pales, soit autour de 1 000 unités à produire au total rien que pour ce marché.

Au plan mondial, le groupe allemand était en 2015 le quatrième fournisseur d’aérogénérateurs avec environ 3GW derrière le chinois Goldwind, l’américain GE et le danois Vestas.

Son principal centre de R&D est au Danemark. Il compte des usines dans ce pays mais aussi dans ceux où il a emporté d’importants contrats comme l’Allemagne, le Royaume-Uni ou la Chine. Et donc bientôt le Maroc.

Pierre-Olivier Rouaud
Localisation de la zone franche Tanger Automotive City

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

ORANO

Ingénieur Contrôle Commande F/H

ORANO - 09/12/2022 - CDI - La Hague

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

60 - Liancourt

Ravalement d'une maison de maître de 5 logements collectifs locatifs, rue des Arts et Métiers

DATE DE REPONSE 15/12/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS