Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Au large du Nigeria, la plus grande plateforme pétrolière flottante de Total

Rémi Amalvy , , , ,

Publié le

Bonne nouvelle Le 29 décembre, Total a débuté l'exploitation du champ pétrolier d'Egina, à 150 kilomètres au large du Nigeria. Il a nécessité la construction de la plus grande unité flottante de production, de stockage et de déchargement de pétrole du groupe et devrait permettre la production de 200 000 barils par jour.

Au large du Nigeria, la plus grande plateforme pétrolière flottante de Total
La production du champ pétrolier d'Egina a démarré le 29 décembre
© Total

Total a annoncé avoir démarré le 29 décembre la production sur le champ pétrolier d’Egina. Situé à 150 kilomètres des côtes nigerianes, il devrait permettre au groupe pétrolier français de produire 200 000 barils par jour au plateau, soit près de 10% de la production du pays.

Découvert en 2003, le champ d’Egina est le second développement mis en production sur le bloc OML (Oil Mining Lease) 130, détenu à 24% par Total. Le premier est le champ d’Akpo, démarré en 2009. Une décision d’investissement pour un troisième, Preowei, est attendue en 2019.

"Une économie de plus d'un milliard de dollars" sur le projet

Par le biais de sa filiale Total Upstream Nigeria Limited, le géant du pétrole opère en partenariat avec la compagnie nationale Nigerian National Petroleum Corporation (NNPC), mais aussi South Atlantic Petroleum – SAPETRO Ltd., qui possède 15 % du bloc OML, CNOOC E&P Nigeria Limited, filiale de CNOOC Limited (qui en possède 45 %) et Petrobras Oil and Gas BV (qui en détient 16 %).

Dans un communiqué, Total a précisé avoir construit sa plus grande "unité flottante de production, de stockage et de déchargement (FPSO) mise en production  pour développer le champ géant d’Egina". Grâce à une réduction du temps de forage par puits de 30%, le démarrage "a pu être réalisé pour un coût de près de 10 % inférieur au budget initial, soit une économie de plus d’un milliard de dollars" (880 millions d'euros).

Une conséquence de la politique de réduction des coûts opérationnels de 40% opérée sur les quatre dernières années par l'industriel, qui devrait permettre "d’accroître la production et les cash-flows du Groupe dès 2019".

Total possède 34 licences de production au Nigeria

Total est présent au Nigeria depuis 50 ans et y possède plus de 550 stations-service. En 2017, sa production dans le pays s’est établie à 267 000 barils de pétrole par jour. Le groupe possède des participations dans 34 licences de production (OML) qui incluent deux permis d’exploration, et opère dans cinq d’entre eux.

En offshore, en plus de l’OML 130, Total opère l’OML 99 (qu’il détient à 40%) où se situe la découverte d’Ikike, l’OML 100 (40%) et l’OML 102 (40%) où le projet Ofon 2 a été délivré en 2016. A terre, Total opère l’OML 58 (40 %) dans le cadre d’une co-entreprise avec NNPC. Le Français développe également des activités de gaz naturel liquéfié (GNL) et détient 15 % dans la société Nigeria LNG Ltd, qui opère six trains de liquéfaction de GNL sur Bonny Island.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle