Technos et Innovations

Au CeBit, le président d'EADS souhaite une "révolution de l'innovation au service des industries de transformation"

, , ,

Publié le

Pour Tom Enders, si l’industrie de transformation imposait autrefois sa cadence au secteur des microcontrôleurs et logiciels, c’est l’ industrie informatique qui mène désormais la danse. Son discours d'inauguration du CeBIT, le salon des technologies de l'information, est un appel à la coopération et à l'économie partagée.

Au CeBit, le président d'EADS souhaite une révolution de l'innovation au service des industries de transformation © World Economic Forum - Wikimedia Commons

Un ponte de l'internet ? Un grand patron de l'informatique ? Un professionnel des solutions de gestion ? Non, pour son édition 2013, le CeBIT, le grand salon des technologies de l'information et de la bureautique organisé chaque année à Hanovre, a choisi le président du groupe d'aéronautique et de défense EADS pour prononcer son discours d'ouverture.

Après Eric Schmidt, PDG de Google, Sam Palmisano, ex-PDG d'IBM ou Bill Mc Dermott, co-fondateur de SAP, Tom Enders a donc la charge d'inaugurer le rendez-vous incontournable des professionnels de l'informatique et des télécommunications, qui se tient du 5 au 9 mars.

"Shareconomy", l'économie partagée, est le thème de cette édition 2013. Un principe qu'EADS, le groupe présidé par Tom Enders depuis juin 2012, applique au quotidien, avec ses quatre entités diversifiées que sont l'avionneur Airbus, le groupe de défense Cassidian, l'hélicoptériste Eurocopter et le spécialiste du spatial Astrium.

"L’industrie informatique, d'autant plus grand public, mène désormais la danse"

Dans son discours, Tom Enders expose son postulat d'emblée : "Nous devons réduire le fossé entre l’industrie aéronautique et spatiale et le secteur informatique en matière d’innovation". L'industriel allemand explique qu'il observe un sillon croissant entre l’industrie informatique et l’industrie de transformation dans le domaine de l’innovation, qui serait lié aux cycles de vie et d’innovation différents des produits. 

Selon l'ex-président d'Airbus, l’industrie informatique a contribué à améliorer la sécurité et à réduire l’empreinte écologique de l’aviation. "Si l’industrie de transformation imposait à l’origine sa cadence au secteur des microcontrôleurs et logiciels, les rôles sont aujourd’hui inversés. C’est l’industrie informatique, et plus particulièrement l’informatique grand public, qui mène désormais la danse. Les innovations réalisées dans ces domaines offrent aux autres secteurs des processus de production et des perspectives entièrement nouveaux", analyse-t-il.

Il étaye son propos avec un exemple qu'il connaît bien, l'aéronautique. "Aux quelques 200 millions d’euros d’investissement nécessaires au développement informatique d’un nouveau type d’appareil s’ajoutent des coûts bien plus élevés de maintenance, car on a affaire dès le départ à des systèmes obsolètes", souligne-t-il, rappelant que quand les compagnies aériennes mettent l’aéronef en service, les logiciels sont d’ores et déjà obsolètes.

Tom Enders souhaite donc "révolutionner les processus d’innovation sans nuire à l’industrie". "Nous devons accélérer l’innovation sans faire de compromis sur la sécurité", appelant l’ensemble des acteurs du secteur à coopérer afin de réduire ce retard en matière
d’innovation. Une coopération qui, d'après lui, profiterait aux secteurs aéronautique et spatial, mais aussi à toutes les industries
de transformation.

Elodie Vallerey

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte