Au Brésil, l’industrie a déjà choisi son candidat à la présidentielle

C’est finalement le candidat de centre-droit Aecio Neves qui affrontera la présidente sortante Dilma Rousseff le 26 octobre, lors du second tour de l’élection présidentielle brésilienne. A Rio, les entreprises ne font plus confiance à cette dernière pour mener les réformes structurelles indispensables au retour de la croissance.

Partager
Au Brésil, l’industrie a déjà choisi son candidat à la présidentielle

Ce dimanche 5 octobre, c’est sous un soleil magnifique que les Cariocas se sont rendus aux urnes à l’occasion de l’élection présidentielle. Avant de se presser dans les centres commerciaux, la sortie favorite du week-end. Au terme d’une campagne particulièrement difficile pour la présidente sortante Dilma Rousseff (Parti des travailleurs), celle qui avait succédé en 2010 au célèbre Lula a sans surprise récolté la majorité des voix : près de 42%.

Pas assez pour s’épargner un second tour. L’écologiste et socialiste Marina Silva n’aura finalement pas fait le poids, éliminée avec 23% des votes. Face à Dilma Rousseff, ce sera donc le sénateur Aecio Neves, du parti de centre-droit, qui s’alignera le 26 octobre. Le candidat favori des entreprises.

Investir dans les infrastructures et l’éducation

La déception des industriels à l’égard de Dilma Rousseff est grande, alors que la septième économie mondiale est entrée en récession au premier semestre. "Comment transformer un pays qui a de l’espace, des ressources, une main-d’œuvre volontaire en pays industriel ? réagit un patron français installé là-bas. En investissant dans les infrastructures et l’éducation !" Alors que Lula était un soutien de poids pour les entreprises, raconte un autre, Dilma Rousseff n’a montré que peu d’appétence à leur égard. Résultat, une politique axée sur la demande, et non sur l’offre, qui a certes favorisé l’essor des classes moyennes et le recul de la pauvreté, mais aussi conduit à un délitement du tissu industriel du pays et à la stagnation de sa productivité.

Au Brésil, les investissements industriels ne progressent pas, ne dépassant pas les 20% du PIB. Pis, sur la dernière décennie, malgré l’appétit des Chinois pour ses biens, le volume total des importations du Brésil a progressé trois plus vite que celui des exportations, toujours centrées sur les matières premières et pénalisées par un cours élevé du Real.

Une croissance atone et des investissements industriels en berne

Conséquence, la croissance brésilienne devrait flirter avec les 0,7% cette année et difficilement dépasser les 1% en 2015, tandis que l’inflation grimpe. Le protectionnisme et les prix régulés (gaz, électricité, transports) pratiqués par la Présidente n’ont rien arrangé, accusent les marchés. "L’intrusion du gouvernement dans les secteurs stratégiques et dans la gestion des entreprises publiques, qui constituent les principales valorisations du Bovespa (l’indice des valeurs brésiliennes, ndlr), a eu un effet repoussoir pour les investisseurs", estime Christopher Dembik, économiste chez Saxo Banque.

Pourtant, "les fondamentaux du Brésil, sixième destination mondiale des investissements directs étrangers en 2013, sont bons", insiste Marcelo Carvalho, responsable de la recherche économique pour l’Amérique latine chez BNP Paribas. Pour lui, une seule solution : des réformes structurelles pour s’attaquer enfin aux maux du Brésil : la bureaucratie, la fiscalité illisible, le retard criant en matière d’infrastructures

Les électeurs feront-ils confiance à Dilma Rousseff pour engager de telles mesures ? Ou préféreront-ils se tourner vers le candidat conservateur, Aecio Neves, qui peut se targuer d’avoir gouverné avec succès l’état industriel du Minas Gerais ? Entouré des meilleurs économistes, il est considéré par les marchés comme le meilleur garant de la stabilité économique et d’un retour des investissements étrangers. Réponse le 26 octobre.

Gaëlle Fleitour, à Rio de Janeiro (Brésil)

Le Brésil sous Dilma Rousseff

Parti des travailleurs au pouvoir depuis 2002 : Lula da Silva (2002-2010) puis Dilma Rousseff.

Cinquième population mondiale (198 millions d’habitants) et septième économie (deux places derrière la France) avec un PIB de 2 300 milliards de dollars en 2013 en croissance de 2,5%, contre 7,5% en 2010.

Taux de chômage passé de 13% en 2004 à moins de 5% aujourd'hui.

Principaux secteurs d’activité : matières premières et énergie (pétrole, éthanol, usines hydroélectriques)

 

SUR LE MÊME SUJET

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER Economie Social et management

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

ORANO

Ingénieur(e) Calculs Mécaniques F/H

ORANO - 21/01/2023 - CDI - Montigny-le-Bretonneux

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

25 - CC DU LOUE LISON

Travaux d'entretien de la voirie de la Communauté de Communes Loue Lison.

DATE DE REPONSE 17/02/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS