Au 1er septembre, les vieux camions et autocars seront indésirables à Paris

Le plan antipollution de la Mairie de Paris passe dès demain, mardi 1er septembre, aux premières restrictions de circulation. Les transporteurs râlent, les parisiens respirent.

Partager

Chaque jour, 150 000 camions et autocars circulent dans Paris. Certains crachent une fumée opaque d’un autre âge. A partir de mardi 1er septembre, les plus vieux d'entre eux (immatriculés avant le 1er octobre 2001) n’auront plus le droit de rouler dans Paris intra-muros tous les jours de 8 heures à 20 heures.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Cette interdiction, lancée le 1er juillet, est désormais effective avec une amende de 35 euros et la saisie du véhicule à la clé. Selon les chiffres de la Fédération nationale du transport routier (FNTR), cette mesure concerne 10 à 15 % des autocars et camions. Certes, les plus grands groupes de transport de tourisme et de marchandises renouvellent régulièrement leur flotte et ne possèdent généralement pas de véhicules aussi anciens, mais les petits artisans, les déménageurs et ceux qui travaillent sur les marchés n’ont pas toujours les moyens d’investir dans des véhicules neufs. Il suffit de regarder l’état des camions sur certains marchés parisiens pour se demander comment ils peuvent encore rouler…


Les voitures en sursis
Cette première mesure n’est qu’un début. La mairie de Paris rappelle que le trafic routier est le principal émetteur de polluants atmosphériques dans la capitale : 58 % des émissions de particules fines et 66 % des émissions d’oxyde d’azote. La qualité de l’air est souvent très médiocre et agit négativement sur la santé des parisiens dès le plus jeune âge. La Mairie qui s’était réjouit de la mise en place de la pastille verte, outil nécessaire pour repérer les véhicules les plus polluants, compte également interdire progressivement, entre 2017 et 2020, les camions et autocars immatriculés depuis le 1er octobre 2009. Mais que les automobilistes ne se réjouissent pas trop longtemps de ne plus rouler derrières les poids lourds les plus polluants, ils seront concernés dès le 1er juillet 2016 pour toutes les voitures immatriculées avant le 1er janvier 1997, puis progressivement - jusqu’en 2020 - pour les véhicules mis en service avant le 1er janvier 2011.
Si les syndicats de transporteurs routiers s’inquiètent pour leurs entreprises - elles évoquent le chiffre de 30 % des véhicules roulant dans Paris qui seraient exclus à partir de 2017 –, la majorité des parisiens est favorable à ces mesures et même la ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, opposée depuis toujours à "l’écologie punitive", se réjouit.

Application directe de la loi de transition énergétique
"Comme je l'avais souhaité, je me réjouis que la loi de transition énergétique permette la mise en place de la première zone à circulation restreinte à Paris. Conformément aux engagements que j'avais pris, l'article 49 de la loi de Transition énergétique du 17 août 2015 permet la limitation de la circulation des poids lourds les plus polluants dès le 1er septembre. Cette action concrète va contribuer à améliorer la qualité de l'air, illustrant la mise en œuvre rapide de la loi moins de quinze jours après sa publication", déclare-t-elle dans un communiqué.

Désormais, les maires peuvent se saisir de cette nouvelle disposition législative pour agir directement et limiter la pollution dans leur ville. Par contre, le gouvernement s’est montré catégorique à propos de l’écotaxe demandée par la Mairie de Paris. Il n’y aura pas de nouvelle taxe, même si les nouveaux exécutifs régionaux, issus des prochaines élections (6 et 13 décembre 2015) pourront prendre la décision de la mettre en place dans leur région.

Olivier Cognasse

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS