Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Attention, jouets dangereux !

Marine Protais ,

Publié le

A l'approche de Noël, la direction de la répression des fraudes publie son rapport annuel sur les jouets. 16,5 % d'entre eux ont été déclarés dangereux et non-conformes en 2014. Si les grands industriels connaissent bien les normes, les petits fabricants sont eux moins au fait des règles à respecter.

Ils sont doux, mignons, souriants, ludiques et colorés. Pourtant certains sont dangereux. 16,5% des jouets sont non-conformes, selon la direction générale des fraudes qui a publié son rapport 2014 vendredi 4 décembre.

Près de 4 000 établissements ont été visités par les agents. Mais seuls 805 jouets ont fait l'objet d'un contrôle approfondi. Leur composition et leur comportement mécanique ont été analysés dans deux laboratoires spécialisés de Lille et Marseille. Parmi les principales sources de dangers : les petits éléments détachables, l'accessibilité au rembourrage d'une peluche et les risques chimiques liés à la présence de phtalates dans les jouets en plastique.

La peluche-bouillotte, nouvelle-venue sur le marché du jouet, inquiète la direction générale des fraudes. "Ces articles peuvent occasionner de graves brûlures (…) En raison de l'absence de normes harmonisées, les fabricants doivent fournir obligatoirement une attestation d’examen CE délivrée par un laboratoire d’essais qui a été notifié à ce titre par la Commission Européenne."

Les résultats de 2014 n'ont toutefois rien d'alarmants. Ils sont du même ordre de grandeur qu’en 2013. "Il faut remettre les chiffres dans leur contexte. Le rapport déclare 16,5% de jouets non-conformes et dangereux. Mais ce chiffre englobe aussi les problèmes d'étiquetage, comme un marquage CE pas assez grand, nuance Martial Doumerc, responsable sécurité et qualité de la Fédération française des industries jouet puériculture (FDJ). Si on regarde de plus près, seul 2,8 % des jouets présentent un réel danger."

Les petits fabricants connaissent mal les normes

Dans l'ensemble les grands opérateurs (fabricants, importateurs, distributeurs) maîtrisent bien la réglementation, précise le rapport. Ils développent de plus en plus de processus de contrôle en interne. "Moins de 1 % des jouets signalés au Rapex, le système européen d'alerte sur les produits dangereux, sont des produits de grandes marques, assure Martial Doumerc. Les fabricants évaluent la sécurité d'un jouet, et le font ensuite analyser par un laboratoire extérieur qui le déclare conforme ou non."

Les exigences de sécurité sont méconnues de certains petits artisans, notamment les fabricants de jouets en bois, mais aussi dans les commerces ambulants et marchés de Noël. Les sites internet sont eux-aussi mis en cause. Ils n'affichent pas toujours, ou de façon imprécise, les avertissements réglementaires. "Les contrôles de sécurité sont de plus très coûteux. Les petites entreprises ne peuvent pas toujours se le permettre. Il faut compter entre 1 500 et 2 000 euros pour analyser une peluche", précise Martial Doumerc.

Suite au contrôle de la répression des fraudes, 300 000 produits ont été remis en conformité ou détruits. De quoi rassurer les consommateurs pour leurs prochaines courses de Noël.

Marine Protais
 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle