ATRECCINQ OUTILLEURS METTENT LEURS MOYENS EN COMMUNPour prendre en charge l'étude et la réalisation de la totalité des outillages nécessaires à l'usinage de pièces pour l'automobile, cinq fabricants d'outils de coupe se regroupent. Objectif prioritaire: rester des fournisseurs de premier rang.

Partager

ATREC

CINQ OUTILLEURS METTENT LEURS MOYENS EN COMMUN

Pour prendre en charge l'étude et la réalisation de la totalité des outillages nécessaires à l'usinage de pièces pour l'automobile, cinq fabricants d'outils de coupe se regroupent. Objectif prioritaire: rester des fournisseurs de premier rang.



En se regroupant au sein d'Atrec (Alliance technique de recherche, d'étude et de commercialisation), cinq fabricants indépendants d'outils coupants, Armor, Desgranges, Diager, Magafor et Planche, ont la ferme intention de rester des fournisseurs directs de l'automobile. En mettant en commun leurs moyens industriels et commerciaux, ils vont pouvoir rivaliser avec de grands groupes comme Sandvik. De grands groupes qui ont de plus en plus la faveur des constructeurs. S'ils sont, en effet, capables de prendre en charge l'étude et la réalisation de la totalité des outillages nécessaires à l'usinage de pièces (bielles, carters, culasses...), il n'en est pas de même des cinq outilleurs français pris séparément. Limitées financièrement, ces entreprises, pour la plupart des PMI familiales, n'ont pas de réels moyens d'études d'avant-projets, et encore moins d'équipes de recherche et développement. Elles ne disposent pas, en outre, d'une offre suffisamment complète pour répondre à tous les besoins en usinage de l'automobile. Ce regroupement était donc devenu indispensable et urgent. D'autant que les constructeurs se sont lancés dans un vaste plan de diminution du nombre de fournisseurs de premier rang. La première rencontre entre les cinq partenaires a eu lieu il y a tout juste un an; six mois plus tard, la première offre commune était proposée. Tout n'a pourtant pas été facile à mettre en place, notamment pour ce qui concerne le partage des compétences au sein d'Atrec. Chaque outilleur a été obligé de limiter sa collaboration à un domaine bien précis. Armor ne traite ainsi que les dossiers liés aux opérations de taraudage; Desgranges, ceux qui sont liés aux opérations d'alésage/fraisage avec des outils en acier rapide, et Diager, ceux qui sont liés aux opérations de perçage/fraisage avec des outils en carbure. Quant à Magafor et Planche, le premier se cantonne aux outils de centrage, et le second aux alésoirs en carbure et en diamant polycristallin. Aujourd'hui, Atrec a déjà à son actif quatre études d'avant-projets pour différents constructeurs. Un début prometteur, mais qui ne préjuge de rien. Car tout va se jouer dans quelques mois, lorsque ces affaires vont, ou non, déboucher sur des commandes. Entre-temps, les partenaires auront avancé des sommes d'argent importantes, notamment pour constituer la société commune. En revanche, les cinq PMI ont pris la précaution de limiter au minimum les frais de fonctionnement dans un premier temps. Suivant l'évolution de l'activité, elles comptent néanmoins créer rapidement un ou deux emplois, à temps complet, cette fois, pour gérer les entrées de commandes et la facturation. D'autres embauches pourraient suivre également, puisque les activités d'Atrec vont s'orienter, dans un deuxième temps, vers la mise en place d'une plate-forme d'essais destinée à la clientèle qui sera aussi l'occasion, pour les cinq partenaires, de développer en commun de nouvelles générations d'outils coupants, à moindres frais. Un ensemble de prestations qui ne laissera pas indifférents les constructeurs d'automobiles, et qui devrait permettre aux cinq partenaires de mieux se positionner sur le marché français et..., pourquoi pas en Europe? Daniel CHABBERT



Une société par actions simplifiée

Pour se regrouper, Armor, Desgranges, Diager, Magafor et Planche ont choisi de créer une société par actions simplifiée. Elle fournit un cadre juridique souple à une coopération entre entreprises et facilite ainsi la constitution de filiales communes. La société par actions simplifiée repose sur le principe de la liberté contractuelle laissée aux associés pour définir ses statuts.

Elle peut avoir une activité en propre, ce qui n'est pas le cas d'un GIE. Le montant du capital, libéré en

totalité dès sa souscription, est fixé à 250000francs. Les partenaires de ce type d'entreprise ne peuvent être que des sociétés ayant un capital entièrement libéré au moins égal à 1,5million de francs.



Les partenaires

Armor


Effectifs : 90personnes.

Chiffre d'affaires : 34millions de francs.

Implantation : Nantes (Loire-Atlantique).

Spécialité : Outils de coupe standards et spéciaux en acier rapide, et notamment des tarauds.

Desgranges

Effectifs : 64personnes.

Chiffre d'affaires : 22millions de francs.

Implantation : Andrésieux-Bouthéon (Loire).

Spécialité : Outils de coupe spéciaux, alésoirs et fraises, surtout en acier rapide.

Diager (Département industrie)

Effectifs : 72personnes.

Chiffre d'affaires : 34millions de francs.

Implantation : Poligny (Jura).

Spécialité : Outils de coupe spéciaux et standards, fraises et forets en carbure.

Magafor

Effectifs : 130personnes.

Chiffre d'affaires : 52millions de francs.

Implantation : Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne)

Spécialité : Outils de coupe standards en acier rapide, leader dans les forets à centrer.

Planche

Effectifs : 42personnes.

Chiffre d'affaires : 18millions de francs.

Implantation : La Tour du Pin (Isère).

Spécialité : Outils de coupe spéciaux en carbure et en diamant polycristallin.

USINE NOUVELLE N°2493

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    DIAGER
    ARMOR
ARTICLES LES PLUS LUS