Atos peut-il vraiment se passer des e-mails ?

Atos Origin, la société de services informatiques de Thierry Breton, annonce vouloir supprimer l'utilisation des e-mails en interne d'ici à 2014. Coup de pub ou réelle tendance ? La proposition suscite l'incompréhension des professionnels du secteur.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Atos peut-il vraiment se passer des e-mails ?

L'annonce est spectaculaire : Atos Origin compte d'ici trois ans devenir une société "zéro e-mails". Assortie de chiffres éloquents, cette proposition vise à réduire la "pollution informationnelle" causée par l'excès de courriers électroniques. "Les managers passent de 5 à 20 heures par semaine à lire et écrire des e-mails" affirme le communiqué d'Atos Origin. La société compte donc supprimer cet usage en interne, au profit de multiples outils 2.0 (messagerie instantanée, documents partagés, réseaux sociaux). Ce qui au passage donne l'occasion à Atos de se positionner comme spécialiste des nouveaux usages, capable de "mettre en place une smart organisation".

Cette mesure n'arrive pas à convaincre les professionnels du secteur. Arnaud Rayrole, fondateur d'Uséo (société de conseil en informatique), y voit un "effet d'annonce". "Vouloir supprimer les e-mails, c'est une aberration : on n'a jamais supprimé un canal de communication !" Conscient des effets de mode qui rythment l'actualité des NTIC, il met en garde contre "une surenchère qui pourrait créer des désillusions".

Emmanuelle Olivié-Paul est directrice associée de Markess International, une autre société de conseil. Elle rappelle que "l'e-mail, c'est surtout une adresse qui a une fonction d'identité". Cette adresse est en général ce qui permet de reconnaître un salarié dans une organisation, mais aussi de s'identifier dans la plupart des sites. De plus, "l'e-mail, c'est aujourd'hui un standard largement reconnu, ce qui est très rare dans le monde de l'informatique". Il n'existe en effet aucun autre moyen de communication universellement reconnu.

Malgré leurs réserves, ces deux experts reconnaissent des dérives dans l'utilisation professionnelle des e-mails. "Il y a des problèmes de coûts, dûs au trafic et aux sauvegardes" précise Emmanuelle Olivié-Paul. Mais pour Arnaud Rayrole, "l'e-mail reste un formidable outil, dont il faut recentrer l'usage." Tous admettent que les nouveaux outils de communication peuvent apporter une respiration bienvenue aux boîtes mails surchargées. Mais dans les faits, vouloir supprimer totalement les e-mails semble aussi impossible qu'inutile.

2 Commentaires

Atos peut-il vraiment se passer des e-mails ?

créa-Box.com
09/02/2011 17h:57

Bien sûr que ça marche. Il existe encore bien d'autres formes de gains de productivité liés à l'efficience et l'excellence dans le respect du fonctionnement de l'humain. A votre disposition pour vous accompagner à développer votre valeur ajoutée. Bien à vous.

Réagir à ce commentaire
lolo
09/02/2011 18h:48

Tout comme la position d'Atos, celle des intervenants est aussi carricaturale, et les arguements peu convaincants: "on a jamais supprimé un canal de communication": longue vie au télégraphe et au minitel ! Si dans trois ans, on trouve plus pratique d'écrire sur un mur que d'envoyer un mail, le mail disparaitra !! "l'email, c'est surtout une adresse qui a une fonction d'identité": enfin, sur internet, mais en entreprise, l'annuaire d'entreprise (ldap..) peut allouer un numéro a chacun... "il n'existe aucune autre moyen de communicaiton universellement reconnu": un sms permet d'en dire aussi long que la majorité des mails... Donc, vu ces arguments, je me dis "pourquoi pas supprimer les emails internes"... qui sait ?

Réagir à ce commentaire
2 Commentaires

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS