Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Atmostat, une PME française qui invente une alternative aux sondes Pitot

Hassan Meddah , , ,

Publié le

La PME francilienne Atmostat a concu une solution alternative aux sondes Pitot classiques qui permettent de mesurer la vitesse d'un avion. Sa solution corrige le principal défaut de ces équipements: elles tombent en panne quand elles sont obstruées par des mini cristaux de glace. Validée par des essais en vol et au sol avec un avionneur européen, cette technologie pourrait être certifiée dans les deux ans qui viennent. Elle constituerait une avancée majeure pour la sécurité aéronautique.

Atmostat, une PME française qui invente une alternative aux sondes Pitot © Atmostat

Enfin une solution ! La communauté aéronautique commencait à se résigner sur la possibilité de pouvoir s'affranchir des fameuses sondes Pitot, ces équipements qui permettent de mesurer la vitesse d'un avion par rapport à l'air ambiant. Ces équipements ont été rendus tristement célèbres par le crash de l'Airbus A330 du vol Air France AF447 Rio-Paris et qui a caussé 228 victimes le 31 mai 2009. Bouchées par des cristaux de glaces, elles ont transmises des informations de vitesse erronées aux pilotes et contribué au crash final.

Aujourd'hui, un ingénieur, inventeur brillant et féru d'aéronautique, pense avoir trouvé une solution alternative, opérationnelle même lors de conditions givrantes et de fortes pluies. Robert Schegerin directeur de l'innovation chez Atmostat, une PME travaillant dans le secteur de la défense sur des technologies pointues, travaille depuis trois ans sur cette solution avec le soutien de son entreprise.

Comme souvent, l'idée de départ est simple. "Je ne me faisais pas à l'idée que ces sondes pouvaient se boucher et ne plus fonctionner correctement", explique-t-il. Après avoir exploré des pistes radicalement pour mesurer la vitesse (par laser, par mesure de l'effet de traine...) sans succès, Robert Schegerin a conservé le principe de base de calcul de vitesse de l'appareil à partir de la mesure des pressions autours de l'appareils.

L'innovation réside alors essentiellement dans le désign de la solution: traditionellement en forme de tube et disposé dans le sens de l'avancée de l'avion, la sonde classique s'obstrue facilement en cas de conditions météorologiques givrantes. Le nouveau design est tel que que toutes les impuretés ou autres cristaux de glace rebondissent littéralement à sa surface et sont éjectés. Résultat: la sonde ne se bouche plus même dans des conditions météorologiques fortement dégradées. Elle apporterait un avantage sur les sondes actuellement sur lemarché celles de l'américain Goodrich et du français Thales.

Tests sur 2 ans

Pour la mise au point du produit, des batteries de tests ont été effectuées dans les souffleries de l'ONERA (à Modane en Savoie et à Meudon dans l'Essonne) sur une période de deux ans environ. L'organisme de recherche public en aéronautique et spatial a également contribué en mettant à disposition de la PME ses puissants moyens de calculs informatiques. Des tests au sol et en vol dans un avion de ligne commerciale ont été effectués cette année et ont donné des résultats similaires aux sondes actuelles. «Nous avons travaillé en partenariat avec un avionneur européen», précise Pierre Prieux, prédident d'Alcen, la maison-mère d'Atmostat. On peut légitimement supposer qu'Airbus pourrait donc être le premier avionneur à bénéficier de cette innovation.

Outre leur insensbilité aux conditions givrantes, ces sondes d'un nouveau genre ont d'autres avantages. Primo, elles sont plus légères, soit environ un gain d'1 Kg par appareil qui embarque en moyenne de 3 à 4 sondes. "Cela peut paraître marginal mais sur la vie d'un appareil, cela peut se chiffrer en centaine de milliers d'euros d'économies de carburant" explique-t-on du côté d'Atmostat. Segundo, le nouvel équipement nécessite une puissance de chauffage limitée pour son dégivrage alors que les sondes traditionnelles exigent des puissances croissantes pour répondre aux normes de sécurité toujours plus exigeantes. Tertio, ces sondes pourront remplacer les sondes actuelles place pour place sans avoir à modifier l'appareil! Encombrement, géométrie, raccordement électrique: tout est compatible. Les avionneurs apprécieront cette solution "Plug&Play".

Jusqu'ici Atmostat gardait le secret sur ces travaux. L'annonce de cet équipement a été pour la première révélée lors d'une visite le jeudi 6 février dernier du ministre de la défense Jean-Yves Le Drian venu visiter cette PME justement pour sa capacité d'innovation.
A quand une solution commerciale? "Nous espérons entrer dans un processus de certification avec les avionneurs dans les deux années qui viennent", explique-t-on du côté des équipes commerciales d'Atmostat. La sécurité n'a pas de prix, dit-on dans l'aéronautique. Si le dicton est respecté, les ventes de sondes d'Atmostat devraient rapidement décoller.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle