Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Atmel programme 37 suppressions de postes à Rousset

, ,

Publié le

L'annonce de la restructuration prévue chez Atmel inquiète les salariés du repreneur de sa fonderie en 2010, LFoundry, en situation financière fragile.

Atmel programme 37 suppressions de postes à Rousset © Atmel

Depuis les ventes en 2010 de son unité de fonderie de semi-conducteurs à l'allemand LFoundry et de son activité "microcontrôleurs sécurisés" à la société aixoise Inside Secure, Atmel ne disposait plus à Rousset (Bouches-du-Rhône) que d'une entité de près de 300 personnes, spécialisée dans la conception de circuits électroniques. La direction a annoncé sa volonté de procéder à une réduction d'effectif de 37 postes pour raisons économiques. Les départs s'effectueraient sur une base volontaire.

Cette restructuration est réfutée par la CFE-CGC. Le syndicat souligne d'une part, que le groupe américain a généré "des bénéfices importants en 2012 et qu'il perçoit des subventions de l'Etat français". Elle craint, d'autre part, que ce plan social ne révèle une volonté de poursuivre "une logique de délocalisation après les PSE successifs de 2008, 2011 et maintenant 2013". Elle qualifie de "simulacre" ce projet qui impacterait également le site d'Atmel à Nantes (Loire-Atlantique).

Risques et revendications

La décision inquiète par ailleurs chez LFoundry. Atmel lui sous-traite un volume de production de tranches de silicium sur la base d'un engagement conclu à la cession de l'usine pour lui permettre de fonctionner le temps de se constituer sa propre clientèle. Ce contrat court jusqu'en juin 2013, selon Atmel. LFoundry souhaite le voir prolongé d'au moins un an pour améliorer sa trésorerie et sa visibilité alors que se déroulent des discussions avec un fonds d'Etat d'Arabie Saoudite pour son éventuelle reprise. LFoundry SAS Rousset emploie 700 personnes. Redoutant "le risque d'une cessation d'activité avec des conséquences dramatiques pour l'emploi dans la région", les délégués CFDT de la société réclament au PDG d'Atmel qu'il accepte cette prolongation, dans la mesure où il avait lui-même choisi LFoundry comme repreneur et qu'il s'est avéré, par la suite, que sa situation financière n'était pas aussi saine qu'annoncée. Ils en appellent également au gouvernement et aux élus locaux, en rappelant qu'Atmel a obtenu "des dizaines et des dizaines de millions d'euros de subvention".

Jean-Christophe Barla

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle