Electronique

"Atmel ne cesse de nous balader en attendant la liquidation de LFoundry", selon Jean-Yves Guerrini

,

Publié le

Suite à notre article "LFoundry pourrait fermer avant la fin de l’année", Jean-Yves Guerrini, délégué syndical CFDT chez LFoundry, tient à faire connaître son point de vue, en usant de son droit de réponse. Ses propos n’engagent que lui.

Atmel ne cesse de nous balader en attendant la liquidation de LFoundry, selon Jean-Yves Guerrini © LFoundry

Comment Atmel a-t-il pu renégocier le contrat de production, le réduisant d'une année sans même se soucier de savoir si nous avions les commandes nécessaires pour perdurer quand il déciderait de ne plus s'approvisionner chez nous (LFoundry).

LFoundry produit aujourd'hui, sans Atmel, 1200 tranches par semaine.

Nous avons diversifié notre clientèle mais les volumes issus de notre technologie LF110 (gravure de 110 nm) ne seront lancés qu'en juillet 2014 pour atteindre un niveau de production correct fin 2014.

Il suffirait qu'Atmel mette au moins 1000 tranches par semaine, ce qui est largement faisable, pour que nous puissions continuer notre activité et, effectivement, il faudrait faire un PSE plus ou moins important selon le nombre de tranches à fabriquer.

C'est le moins que pourrait faire Atmel, qui a cédé son site à une société au bord de la faillite avec un carnet de commandes vide et aucune technologie à proposer.

La trésorerie au mois d'août n'a jamais été en négatif de 3 millions.

Dans le cadre d'une mise en redressement Judiciaire, une société ne peut créer une nouvelle dette, sinon c'est la cessation de paiement et la liquidation immédiate.

Quand la CGC dit que, pour payer les salaires, on a dû utiliser le crédit impôt recherche, c'est faux. Pour la paie du mois de juin ainsi que pour les congés payés, ce sont les AGS (Assurance garantie de salaires) qui nous ont avancé les fonds.

De toute façon, ce crédit impôt n'a été versé que mi-octobre.

Enfin, concernant la date du 14 novembre 2013, la justice ne devra pas se prononcer sur la recevabilité de la plainte, l'audience en urgence a été fixé à la date du 14 novembre, ce qui veut dire que la plainte est retenue et qu'Atmel devra plaider à moins qu'une fois de plus il ne s'arrange pour reporter l'audience.

Pour la CFDT, Atmel n'a eu de cesse de nous balader en attendant patiemment que LFoundry soit mis en liquidation.

La mise à l'évidence, par les mandataires, de la responsabilité d'Atmel dans la situation dans laquelle se trouve LFoundry est pour la CFDT la seule raison qui pourrait faire qu'un accord puisse être trouvé.

Jean-Yves Guerrini,
Secrétaire général de la CFDT mines et métaux de Provence-Alpes-Côte d'Azur-Corse et délégué syndical a LFoundry de Rousset

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte