Une méga OPA sur l'exploitant d'autoroutes Abertis, le propriétaire de Sanef

Les groupes italien Atlantia et espagnol ACS se sont finalement mis d'accord pour lancer une offre commune de plus de 18 milliards d'euros sur l'exploitant d'autoroutes espagnol Abertis, le propriétaire de la Sanef, la Société des autoroutes du Nord et de l'Est de la France.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Une méga OPA sur l'exploitant d'autoroutes Abertis, le propriétaire de Sanef
La Société des autoroutes du Nord et de l'Est de la France pourrait voir son propriétaire espagnol racheté.

Sanef, la Société des autoroutes du Nord et de l'Est de la France, va-t-elle changer d'actionnaire? Abertis, le propriétaire espagnol de la société concessionnaire d'autoroutes française, est la cible d'une offre commune de plus de 18 milliards d'euros lancée par les groupes italien Atlantia et espagnol ACS. En s'entendant, ils mettent ainsi fin à de coûteuses surenchères sur l'exploitant d'autoroutes espagnol.

Le gouvernement espagnol s'était inquiété de voir l'un des principaux gestionnaires autoroutiers du pays passer sous contrôle étranger si l'offre d'Atlantia, contrôlé par la famille Benetton, était retenue. Or cette offre conjointe, qui sera opérée via Hochtief, la filiale allemande d'ACS, garantit à l'Espagne un droit de regard réel sur l'avenir d'Abertis.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Selon les termes de cet accord, Atlantia détiendra 50% et une action de la nouvelle entité qui sera le propriétaire final d'Abertis. S'y ajoutera une participation indirecte supplémentaire par le biais d'une entrée au capital de Hotchief à hauteur d'environ 25%. "C'est une approche coopérative, qui résout beaucoup de problèmes", a déclaré à Reuters une source proche des négociations.

Atlantia pourrait se développer notamment en France

Bien que cet accord ne réponde pas aux ambitions initiales d'Atlantia, qui souhaitait exercer un plein contrôle sur un géant mondial des infrastructures de transport, l'entreprise italienne pourra se développer en France, en Espagne, en Allemagne et en Amérique latine.

C'est la première incursion d'ACS et de Hotchief dans le secteur des concessions autoroutières et les deux groupes trouveront dans Abertis un solide partenaire financier. La bataille pour Abertis opposait depuis octobre la famille Benetton, qui contrôle Atlantia, à l'homme d'affaires espagnol Florentino Perez, président du Real Madrid et principal actionnaire d'ACS.

Les banques Credit Suisse, BNP Paribas, JP Morgan et UniCredit ont procédé à un montage financier de 14 milliards d'euros pour cette opération, ont dit deux autres sources.

Dans des communiqués distincts, Atlantia et ACS expliquent que Hotchief va d'abord formuler une offre de 18,2 milliards d'euros sur Abertis avant de transférer ce dernier dans un véhicule détenu à hauteur de 30% par ACS et à près de 20% par Hochtief. Un pacte d'actionnaires et un contrat de long terme entre les trois groupes fixera les règles de gouvernance.

Des journaux avaient rapporté qu'Atlantia et ACS pourraient choisir de scinder les activités d'Abertis ultérieurement mais les communiqués publiés mercredi ne font pas mention de cette éventualité.

Avec Reuters (Francesca Landini et Stefano Bernabei)

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS