Atlantia a les fonds pour augmenter son offre sur Abertis

par Pamela Barbaglia
Atlantia a les fonds pour augmenter son offre sur Abertis
Atlantia s'est assuré les financements nécessaires pour augmenter son offre d'achat d'Abertis, ont dit deux sources à Reuters. /Photo d'archives/REUTERS/Eric Gaillard

LONDRES (Reuters) - Atlantia s'est assuré les financements nécessaires pour augmenter son offre d'achat d'Abertis, ont dit deux sources à Reuters.

La nouvelle offre valoriserait le groupe autoroutier espagnol 19 euros par action au moins, soit autour de 17 milliards d'euros, car Atlantia se doit de surenchérir sur celle de 18,76 euros du groupe de BTP allemand Hochtief.

L'exploitant autoroutier italien a dit cette semaine à des investisseurs américains qu'il était prêt à verser seulement du numéraire, et non pas une combinaison de numéraire et de titres comme il l'envisageait d'abord, ont ajouté les sources, qui, toutes deux, ont assisté aux réunions.

La première offre d'Atlantia, en mai, était de 16,5 euros en cash et 0,697 action nouvelle par action Abertis; cinq mois plus tard, Hochtief venait surenchérir.

La bataille pour emporter Abertis oppose la famille Benetton, qui contrôle Atlantia, à l'homme d'affaires et président du Real Madrid Florentino Perez, principal actionnaire du groupe de BTP espagnol ACS, maison-mère d'Hochtief.

Ces deux offres ont été autorisées par la Commission européenne. L'autorité boursière espagnole CNMV a donné son feu vert à l'OPA d'Atlantia en octobre mais ne l'a pas encore fait pour celle de Hochtief. Atlantia pense que la CNMV donnera aussi son assentiment à l'offre rivale dès le 12 février, selon les sources.

Toutefois le gouvernement espagnol a demandé à la CNMV de revenir sur l'autorisation signifiée à Atlantia parce que le groupe italien n'a pas sollicité celle de l'Etat pour l'acquisition conjointe d'Hispasat, un actif que Madrid juge stratégique.

De fait, Abertis a fait savoir mercredi soir qu'il voulait vendre une participation majoritaire dans Hispasat, sa filiale d'infrastructures de satellites, à l'opérateur de réseaux électriques Red Electrica pour 656 millions d'euros.

Selon une source proche d'Atlantia, aucune décision n'a encore été prise quant au prix et au calendrier d'une nouvelle proposition. L'administrateur délégué Giovanni Castellucci avait dit le 31 janvier qu'il étudierait toutes les possibilités une fois l'offre de Hochtief validée en Espagne.

Atlantia compte sur des économies de charges de l'ordre de 2,5 milliards d'euros au moins pour surpasser l'offre de 16,9 milliards d'euros de Hochtief, a dit l'une des sources.

Credit Suisse, BNP Paribas, Intesa Sanpaolo, Mediobanca et UniCredit ont assoupli les conditions financières du financement de l'offre d'Atlantia, par rapport à ce qu'elles étaient en mai, ont expliqué les sources, ce qui laisse du champ au groupe italien pour la bonifier.

D'après une autre source proche d'Atlantia, ce dernier laisserait le choix aux actionnaires d'Abertis d'être payés soit en cash soit en titres.

En outre, ajoute-t-elle, si la proposition initiale était conditionnée à des promesses de vente représentant 10,1% au moins du capital de la cible, la nouvelle offre ne comporterait plus cette condition.

Le but d'Atlantia, dans cette affaire, est de créer le leader mondial des exploitants d'autoroutes, avec une capitalisation dépassant les 40 milliards d'euros, et de se développer hors d'Italie, en particulier en France et en Amérique latine.

Une fois la proposition de Hochtief acceptée par la CNMV, les actionnaires d'Abertis disposeront de 30 jours pour choisir l'une ou l'autre offre.

Si les candidats en lice décident de relever leur offre dans les cinq derniers jours de ce délai d'acceptation, celle-ci - "la meilleure et définitive" - sera adressée scellée à la CNMV qui la communiquera aux actionnaires.

Atlantia veut précisément laisser son adversaire dans le flou le plus possible et attendra sans doute le dernier moment pour présenter sa nouvelle proposition, ont observé les sources.

Conformément au droit espagnol, si l'écart entre les deux offres était de moins de 2%, Atlantia aurait une dernière fois l'occasion d'améliorer la sienne dans la mesure où il est le premier offrant.

(avec Jose Elias Rodriguez et Andres Gonzalez à Madrid et Francesca Landini à Milan, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Joanny)

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Inspecteur Equipements sous pression en service (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 10/06/2022 - CDI - Saint-Herblain

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

59 - Lambersart

Externalisation de la paie des agents et des élus de la Commune et du CCAS de Lambersart

DATE DE REPONSE 01/01/1970

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS