Assises de l'industrie 2012 : quelles perspectives à l'horizon 2020 ?

Anticiper les ruptures géographiques et sectorielles à l'horizon 2020" était le thème de cette première table ronde des Assises de l'industrie organisées ce 17 octobre. Voici les principales déclarations des invités : Bruno Bouygues, directeur général de GYS, Jean-Yves Gillet, directeur général du fonds stratégique d'investissement (FSI) et Ludovic Subran, chef économiste chez Euler Hermes.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Assises de l'industrie 2012 :  quelles perspectives à l'horizon 2020 ?

Bruno Bouygues, directeur général de GYS

"J’utilise la technologie pour gagner en compétitivité et pour fabriquer des produits haut de gamme."

"Je suis quelqu’un de très inquiet. Lorsqu’on est inquiet on fait attention à sa structure de bilan et à son développement à l’international."

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

" Le problème aujourd’hui ce n’est pas d’obtenir le financement, mais la maturité désirée. Vous demandez sept à dix ans quand les banquiers vous proposent trois ans."

"On a rien inventé d’incroyable mais on est obsédé par l’amélioration permanente. Je veux des usines en Allemagne pour importer cette mentalité."

"Sans Arcelor, sans Peugeot ou sans Renault, GYS ne serait pas devenu ce qu’il est devenu. Les PME ont besoin des grands groupes pour devenir des ETI. Ce sont les grands groupes à l’international qui nous ont tirés dans leur sillage en nous disant : nous avons tel ou tel problème, aidez- nous."

"Il y a 10 ans, nous étions dans une compétition américano-européenne. Mais depuis le savoir-faire s’est mondialisé."

"Dans mon secteur, je suis passé de 40 concurrents il y a dix ans, à 2500 aujourd’hui. Le point positif c’est que les entreprises européennes sont déjà à maturité, il faut donc profiter de cette période avant que les concurrents, chinois par exemple, n’atteignent ce niveau de développement."

"L’Etat ne pousse pas assez le made in France. Il y a un marketing du savoir-vivre mais pas assez du produit."

Jean-Yves Gillet, directeur général du FSI

"Il y a beaucoup d’entreprises qui, malgré une exigence de retours à court terme et parce qu’elles ont une vision d’avenir, ont des projets de long terme. Elles se posent la question : comment financer des projets de court terme tout en me lançant sur des projets de long terme qui nécessitent accompagnements et financements."

"La BPI aura un peu plus de 30 milliards d’euros mobilisables, ce qui est à la fois beaucoup et pas beaucoup. Mais avec la sélectivité des projets que nous voulons mettre en place, je ne pense pas qu’il s’agisse d’un habillage. Bien évidemment si on double, triple, les moyens de la BPI, ce seraient sans doute plus efficace."

"Le rôle du FSI est avant tout d’accompagner des entrepreneurs, pas de leur dire quoi faire, car ce sont les entreprises qui connaissent leur marché."

" Il n’y a pas qu’une dimension financière, il y a aussi une dimension industrielle. Il faut donc détecter les champions et leur dire : si vous avez un projet, nous sommes là pour participer à vos côtés à cette prise de risque."

"Il faut avant tout consolider le tissu industriel français pour, ensuite, aller chasser en meute à l’international."

Ludovic Subran, chef économiste chez Euler Hermes

"Les conditions nécessaires pour que la France négocie ce virage du redressement industriel ne sont pas encore réunies."

"La France est le seul pays de la zone euro à être en deçà de son niveau d’investissement d’avant crise."

"Il est aujourd’hui très difficile d’obtenir un prêt pour créer des emplois. Il y a un problème de valorisation du capital humain."

"Le rôle de la BPI va être de cibler les secteurs clés en fonction des attentes du marché."

"En France, on ne veut pas plus d’Etat mais mieux d’Etat."

"En Asie par exemple, les pays sont extrêmement interventionnistes. On est un peu les seuls en Europe à conserver une vision à court terme."

"Aux Etats Unis, le plus d’Etat, de manière temporaire, a fonctionné."

" Plus d’Etat, oui, mais avec un mécanisme clair de retour sur investissement."

0 Commentaire

Assises de l'industrie 2012 : quelles perspectives à l'horizon 2020 ?

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS