Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

ASIE : VOYAGE AU COEUR DE LA CRISEKUALA LUMPURDes ambitions très réduitesTouchée par une crise boursière et monétaire gravissime, la Malaisie revoit à la baisse ses projets grandioses.

Publié le

ASIE : VOYAGE AU COEUR DE LA CRISE

KUALA LUMPUR

Des ambitions très réduites

Touchée par une crise boursière et monétaire gravissime, la Malaisie revoit à la baisse ses projets grandioses.



Abandonné, l'énorme projet du barrage hydroélectrique de Bakun à Bornéo (2 400 mégawatts, 5,3 milliards de dollars, prévu pour 2003) qui devait alimenter la péninsule en énergie... via 600 kilomètres de câbles sous-marins ! " C'était de toute façon un projet totalement irréaliste ", estime Jamaliyah Ambia, représentante de la Société générale. Abandonnés, le projet de pont entre la ville de Malacca, au sud, et l'île indonésienne de Sumatra, et au nord l'" autoroute des cimes " ! Stoppée, la construction du monorail qui devait traverser Kuala Lumpur et dont le chantier bloque encore la circulation ! Plusieurs portions des trois nouvelles lignes de métro aérien ont été, elles aussi mises en " stand by ". Quant au Kuala Lumpur International Airport (KLIA), dont la première tranche va ouvrir en avril, son coût a été ramené de 38 à 15 milliards de francs. Seul le projet de Multimedia Super Corridor (MSC), lancé en août 1996, continue d'avancer. Télémédecine, université multimédia, carte à puce citoyenne multifonctions..., le MSC doit devenir le port d'attache asiatique de la high-tech, sur le modèle de la Silicon Valley. De 15 kilomètres de large sur 50 de long, cette zone franche relie le centre de Kuala au nouvel aéroport via Putrajaya, la nouvelle capitale administrative. S'il ne reste qu'un seul des rêves du Premier ministre, Yad Datuk Seri' Dr Mahathir bin Mohamad, ce sera celui-là. Serge Tchuruk, le patron d'Alcatel, ne vient-il pas d'entrer au conseil des sages du MSC, avec Bill Gates et les patrons de LG, de Motorola, de Sony, de NTT ?

Bientôt un stade de 110 000 places

Dans le taxi Proton (" la " marque locale, construite sur des moules Mitsubishi), la radio annonce les Jeux du Commonwealth en septembre prochain, pour lesquels le Dr Mahathir, encore lui, a ordonné la construction d'un stade de 110 000 places, aujourd'hui quasi achevé. " Fierté d'une nation ", proclame le speaker ! 6 000 sportifs sont attendus. Mais viendront-ils ? Les feux de forêt ont repris, là-bas, sur l'île de Bornéo et dans les Célèbes, ravivant le cauchemar du gigantesque nuage de fumée, le " haze ", qui avait obscurci toute la région entre août et novembre 1997. " Pendant deux mois, il devint même difficile de distinguer les tours Petronas ", rappelle Emmanuelle Brissat, directrice exécutive de la Malaysian French Business Organisation (MFBO). Du siège de la MFBO, installé au coeur du " golden triangle " de Jalan Sultan Ismaïl, le quartier des affaires de Kuala Lumpur, la vue est imprenable. Du vingt-quatrième étage, on croirait toucher du doigt les gigantesques masses jumelles qui dominent la capitale. Les tours Petronas (du nom de la compagnie nationale des pétroles) culminent à 451,9 mètres , une fois et demie la tour Eiffel. Construites l'une par les Japonais, l'autre par les Coréens, elles sont enfin achevées. A une " finition " près : tout en haut, on met la dernière main au bureau du Dr Mahathir. De ce sommet, l'inspirateur du " miracle " malaisien pourra contempler à satiété son oeuvre... " C'est un contracteur français, Cavecchi, qui réalise l'aménagement intérieur des locaux ", précise Grégoire Tourrès, un commercial français, en Malaisie depuis trois ans. Pour le compte d'une PME, Sab International (fabricant de cloisons et de fenêtres en aluminium à Gallardon, en Eure-et-Loir), il s'est efforcé d'approcher ce marché de prestige. A la mesure de celui qui, pendant dix-sept ans, rêvait l'avenir de son pays à coups de grands projets. Jusqu'à ce que, en juin 1997, la crise frappe... De nos envoyés spéciaux,

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle